Ozone au Texas

organisation, participation,

Modérateurs : Philippe Cathagne, jeanmichelf, luc armant, BrunoD, WebMasters

Maurice
Messages : 673
Inscription : Mar Jan 02, 2007 3:52 pm
Localisation : La Roquette sur Siagne

Ozone au Texas

Messagepar Maurice » Jeu Juil 03, 2014 12:38 pm

Luc, qui avait donc retrouvé son passeport... est parti avec l'équipe Ozone au Texas. D'après "Le chant du Vario", il aurait fait 462 km.

http://xcfind.paraglide.us/map.html?id=72

Je ne sais pas trouver les données officielles.

A+

http://www.parapentiste.info/forum/competition/tentative-de-record-au-texas-t35666.0.html

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 992
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Messagepar Victor » Jeu Juil 03, 2014 9:04 pm

Ils comptent rentrer en parapente ? Normalement avec le jet stream ca doit être facile

Avatar de l’utilisateur
Thierry d'Allevard
Messages : 313
Inscription : Mar Juil 24, 2007 9:09 pm
Localisation : Brié et Angonnes

Messagepar Thierry d'Allevard » Jeu Juil 03, 2014 9:32 pm


Avatar de l’utilisateur
Didier06
Messages : 616
Inscription : Mar Mars 06, 2007 8:16 am
Localisation : Antibes

Messagepar Didier06 » Jeu Juil 03, 2014 9:57 pm

469 kms! :shock:

Avatar de l’utilisateur
Lauziere
Messages : 526
Inscription : Mer Mars 22, 2006 5:45 pm
Localisation : La Colmiane

Messagepar Lauziere » Jeu Juil 03, 2014 10:15 pm

Ils ne s’arrêteront jamais les Ozone's boys :!: de nous faire réver :P
C'est vraiment le plus fort notre Luc, et même en plaine...

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Messagepar Philippe P » Ven Juil 04, 2014 8:54 am

Vous avez vu le point de départ sur l'imagerie satellitaire?
J'aurais voulu voir le décollage: Luc, dos voile, en train de courir face au vent, le long du runway, avec quelques jets en attente derrière.
Ah bon, y'avait un treuil?
Même pas drôle...

Avatar de l’utilisateur
Didier06
Messages : 616
Inscription : Mar Mars 06, 2007 8:16 am
Localisation : Antibes

Messagepar Didier06 » Ven Juil 04, 2014 12:28 pm

Au debut il est vraiment au ras du sol le long de la route et il enroule du pas grand chose...

Avatar de l’utilisateur
d'gilou
Messages : 1158
Inscription : Mer Juil 08, 2009 7:20 pm
Localisation : La roquette sur var

Messagepar d'gilou » Dim Juil 06, 2014 10:14 am

Si l'on enlève, le paramètre record vol de distance, ça doit être des vols assez chiants finalement...

Quand on regarde la logistique associée avec le risque météo, il faut vraiment une sacré motivation au sein d'une bonne équipe de copains pour aller tenter ce genre de délire sur une période en fait assez courte...

En tout les cas bravo, ils ne sont pas passés loin du record du MONDE :roll:

Luc n'a pas fini de nous étonner :wink:

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 6:39 pm

j'ai fait un petit récit:

Ça fait une semaine qu'on se tourne les pouces dans un petit hôtel climatisé d'une ville fantôme des plaines désertiques Texanes. Du brouillard le matin et trop de vent dans la journée. Pas moyen d'aller se promener dehors bien longtemps car il y fait une chaleur écrasante.
Nous avons eu tout le temps d'essayer de nous préparer à LA journée, étudier les cartes, se faire peur avec les posés au milieu du désert sans route rempli d’épineux, de cactus à perte de vue et de serpents mortels qui peuvent bondir et mordre sans prévenir, compléter l'équipement, les instruments, regarder le foot, manger de la mal-bouf.

D'après les prévisions, demain mercredi est notre chance, notre meilleur chance de possible record parmi les 3 derniers jours dont nous disposons. Ça tombe bien, nous commencions à manquer d'occupation. Les prévisions sont plutôt moyennes, nous avons peu d'espoir pour le record du monde de distance absolue alors nous prévoyons aussi des buts fixés. Je garde discrètement un peu d'humilité à l'histoire car ce ne sera quand même que le deuxième cross en plaine de ma carrière.

Vient le soir et l'excitation du groupe pour les préparatifs. Il y a la question délicate du treuil. Nous avons deux treuils pour les 9 pilotes de l'équipe. Plutôt que la courte-paille, nous nous accordons mutuellement d'un ordre, car de toute façon, nous ne savons pas bien quel est le meilleur moment. Partir dans les premiers est au risque de poser tout de suite mais à l'avantage d'optimiser au mieux la journée si on arrive à se maintenir en l'air. Partir dans les derniers est au risque de perdre de précieuses minutes pour un vol record.

Le treuil, c'est nouveau pour moi, j'ai juste fait deux débuts de montée la semaine dernière sur la piste du village, avec lâché prématuré en apnée tellement j'avais la trouille de cette transformation en cerf-volant. Ce mercredi matin, il me faudra un peu plus de courage pour espérer attraper un des thermiques matinaux anémiques et improbables. 4 pilotes ont déjà réussit à rester en suspension et dérivent leur zéros dans le vent, mais un autre, parti juste avant moi fait un plomb. Faut dire qu'à tout juste plus de 300m sol au lâché du treuil, c'est vraiment la roulette russe. C'est mon tour, il est 10h25, Respire ! Ne lâche pas le treuil. Largué en bout de piste, je ne trouve rien qui monte, ne serait-ce qu'un zéro. La sagesse devrait me faire reposer sur la piste pour avoir une chance de refaire un tour de treuil après les derniers, mais l'appel de la distance est trop fort avec les premiers pilotes qui sont déjà partis il y a une demi-heure. Je continue dans le vent le long de la route en espérant un déclenchement par un truck de passage. Je coince une bulle à 100m sol, je la perds, je rebondis, je sens que je la tiens pour de bon, le sang peut commencer à refluer de ma tête. Quelques centaines de mètres plus haut, je me détends encore un peu plus, le plus dur est peut être fait. La détente n’est pas longue, après les premiers 20km, il faut quitter l'axe de la route et s'enfoncer dans une garrigue austère et épineuse. Je refais un point bas à 300m sol qui m'ont paru 30m. Je remonte sagement, sans trop faire le difficile avec mon vario et en me promettant de ne plus court-circuiter un seul nuage quitte à craber de 45 degrés par rapport aux 20-30km/h de vent.

Les nuages ne semblent pas encore vouloir s'organiser en rue, il y a une grande zone bleue pas loin devant dans l'axe du vent, je continue donc prudemment. J'aperçois un début de rue loin devant vers l'est sur lequel j'essaie de m'aligner en crabant fortement entre chaque nuage pendant une bonne heure. Quand enfin, j'accroche la rue, la récompense est magnifique : une heure et demi de vol sur orbite sans quasiment rien enrouler et des yeux que pour les nuages, un grand moment de bonheur. Ma moyenne s'en trouve très améliorée et j'arrive enfin aux abords des fameuses collines texanes. Ma rue me lâche juste avant, je suis obligé de m'arrêter dans un petit vario pour assurer avant cette traversée délicate. En effet, le franchissement des collines par le bas et 30km/h de vent peut s'avérer compliqué et il est très déconseillé de poser dans ces endroits particulièrement hostiles et isolés.

Après les collines, les plafonds montent d'un cran. Une énorme et épaisse rue se dessine isolée à l'est d'un grand trou bleu tandis que mes rues s'estompent. Non sans hésiter, je décide de craber vers une rue un peu plus vigoureuse décalée légèrement vers l'ouest, au prix d'un long point bas. Je finis par remonter à mi-hauteur mais il est déjà bientôt 19h et tout s'arrête, je plane dans le vent vers je ne sais où. Des collines, des puits de pétroles abandonnés un peu partout, un paysage désolé. Par trois fois, je parviens à dériver du tout petit sur un total d'une trentaine de km sans guère monter. La plaine m’est toujours pleine de mystères. Je finis dans un plané à 25 de finesse et pose à 20h15 sur une exploitation de pétrole désertée, heureux du vol et d’avoir tout donné mais légèrement déçu de la performance. La rue qui était une 50aine de km plus à l'est avait vraiment l'air dense et active, si j'avais pu l'accrocher, j'étais encore dans les temps pour le record absolu de 503km. Au lieu de ça, je pose à 40km du record. En plus, j'ai raté mon but fixé, plus à l'est. Je n'ai aucune nouvelle du reste de l'équipe, j'ai volé seul toute la journée.
Il fait doux, le soleil est couché, il n'y a personne que la silhouette étrange des cactus. Au téléphone, j'ai le droit aux félicitations chaleureuses de ceux qui suivent les vols depuis l’hôtel aux travers de nos balises spot. Après tout, j'ai quand même fait le deuxième vol parapente le plus long de la planète après ce fameux vol record en Afrique du sud.
Je m’en contenterais pour ce voyage. Le deuxième jour de vol, je fais la grasse matinée, le troisième jour, je troue après 15km, le suivant nous rentrons aux bercails. Les copains, eux, ont continué d’enchaîner les longs vols et les retours jusqu’à 5h du matin. Au total des 3 jours, les 9 pilotes de l’équipe ont fait 6 vols de plus de 400km et ont parcouru plus de 4500km. Tous ont battu leur record personnel, Fred a battu le Jeuffosse de Jojo, le seul truc qui comptait vraiment et Russ a totalisé un impressionnant 1250km sur 3 jours de vol entre deux nuits de navette. Tout cela dans des conditions moyennes pour la région. Nul doute que nous reviendrons !

Avatar de l’utilisateur
Lauziere
Messages : 526
Inscription : Mer Mars 22, 2006 5:45 pm
Localisation : La Colmiane

Messagepar Lauziere » Mer Juil 23, 2014 7:40 pm

ouf!

Merci Luc pour ce récit à couper le souffle.
Je pense qu'il faut être sur place pour en mesurer vraiment l'immensité désertique inhospitalière que tu décrits.
L'aventure et les perfs n'en sont que plus belles.

Un grand coup de chapeau à toute l'équipe. :D
Je crois que tout le monde en redemande...

Avatar de l’utilisateur
willyguitar
Messages : 143
Inscription : Ven Mai 15, 2009 12:16 pm
Localisation : auribeau

Messagepar willyguitar » Mer Juil 23, 2014 8:23 pm

p'tain de vol ! et beau récit!... j'espere que tu nous a ramené un bon litron de "pétrol of texas" histoire de feter ça !!!

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 10:35 pm

ce dorama aide pas mal à imaginer le truc: http://www.doarama.com/view/6883

par exemple, en début de vol, de 0h40mn à 2h10mn de vol, on traverse 80km de terrain épineux sans route entre un labyrinthe de chemins de terre. Si tu poses là, gaffe aux serpents à sonnette et compte pas sur une récupération, les accès aux chemins sont tous fermés. Il faut marcher le reste de la journée en abandonnant sa voile sur place. La plupart des champ de pétrôle sont à l'abandon. Les habitants des quelques ranchs ne sont pas toujours amicaux et peuvent impunément tirer sur ceux qui sont rentré chez eux (ils ne savent pas ce que c'est que le parapente).

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 10:37 pm

c'est pas mal ce dorama, on peut utiliser la souris pour se déplacer autours du pilote.

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 10:49 pm

de 3h50mn à 5h30mn, il y a 24 tours de thermique seulement. Le reste c'est du cheminement nuage. Puis arrivée bas sur les colines désertiques, faut perdre du temps à monter !

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 10:53 pm

à 6h30mn de vol,
ce sont les "high rock". C'est vraiment désolé, faut plus faire le difficile et tourner ce que tu trouves. Si tu poses, c'est la merde.

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Juil 23, 2014 11:07 pm

à 7h30mn de vol, c'est là où je crabe le vent vers la gauche pour essayer de me décaler vers une ligne de vol plus active (tout se fait au nuage, c'est ce qui manque sur le dorama).
à 7h48mn de vol, je suis sur des oeufs. Pas cool de poser et je suis super bas. en utilisant la souris pour se mettre en latéral du pilote, on voit que ça monte pas bézef, mais que ça dérive dans le vent.

à 8h05mn de vol, c'est la libération en accrochant un dernier bon vario qui va me permettre de rejoindre des zones plus civilisées.

entre 8h35mn de vol et 9h10mn de vol, je fais des dizaines de km en dérivant du presque zéro à l'horizontal. Là encore, la vue latérale permet de se rendre compte. Ensuite, la ville d'Ozona est en vue, je me détend. J'espère encore tomber sur un dernier thermique miraculeux qui me remonterais au plafonds, car ça me donnerait alors une chance de faire le record du monde. mais il ne restait plus rien qu'un dernier truc à dériver.

à 9h30mn de vol, j'attaque le plané final. Le chiffre de la finesse variait entre 15 et 30 !

Avatar de l’utilisateur
jv
Messages : 224
Inscription : Jeu Oct 10, 2013 1:53 pm
Contact :

Messagepar jv » Jeu Juil 24, 2014 10:37 am

superbe! bon les paysage c'est pas tellement funky... faut vaiment être sûr de son coup comme tu le dit!

Sinon un truc marrant, tu enroules presque systématiquement à droite avec un p'ti virage gauche pour t'inscrire dans le tube mais vers la fin, tu as un presque fais autant gauche que droite.. intentionnel? fatigue? habitude??

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Jeu Juil 24, 2014 9:12 pm

Je n'ai pas trop idée de ce que je fais mais c'est une question interessante.

Dans ce vol, c'est 50/50 (28 spirales à gauche contre 27 spirales à droite).
Je change parfois de sens de rotation au sein de l'ascendance quand j'ai pris un peu de retard au recentrage, ça permet de le rattraper en perdant un minimum. J'ai longtemps évité de faire ça, en suivant le conseil de mon mentor et c'était un bon conseil, mais ça m'arrive maintenant parfois comme une évidence. avec cette voile, il n'y a pas de fatigue musculaire. Je pense que le sens de rotation est décidé intuitivement en fonction de la position relative à l'ascendance.

Avatar de l’utilisateur
Vincent S.
Messages : 15
Inscription : Ven Avr 06, 2012 1:41 pm
Localisation : Nice

Messagepar Vincent S. » Ven Juil 25, 2014 11:36 am

Puissant ce récit... Un peu de rêve par forum interposé !

Merci de prendre le temps de nous partager tout ça !


Revenir vers « Compétition parapente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron