Secours au Trauma, 19/07/2016

Les vraqués (c'est à dire la quasi totalité d'entre nous!) et/ou témoins de vrac décrient l'événement. Le but recherché est de permettre à tous de comprendre ce qui est la cause de l'incident/accident, dans l'espoir de ne pas le reproduire en situation similaire. On a trop souvent des incidents/accidents qui restent peu discutés ouvertement, alors que leur connaissance aurait pu éviter à un autre pilote le même souci!
Avatar de l’utilisateur
Mel
Messages : 4
Inscription : Jeu Avr 21, 2016 12:05 pm
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Mel » Dim Août 21, 2016 4:10 pm

Hello tout le monde,

Profondément affectée par les derniers accidents survenus au club Parapente Ste Victoire, dont 1 mortel, je me dis qu'il est important de communiquer, informer, transmettre les bonnes et mauvaises expériences qui nous définissent en tant que pilote.
Je ne suis pas fière du tout d'alimenter le forum par deux récits de vrac avec ma Delta 2 cette année, cependant l'histoire est ainsi. Bien évidemment ça me fait bien réfléchir sur les raisons, sur ma pratique, cependant ça ne m'enlève pas l'envie incessante d'être en l'air pour aller crosser.
J'ai pu refaire quelques magnifiques triangles St André-Digne-Dormillouse depuis cet incident et le plaisir de voler est intact. J'ai eu l'occasion aussi de poser dans les Monges, en voulant élargir le triangle. Belle expérience pour le retour à St André, il faut de bonnes jambes.
Je pense que faire secours quand on fait du cross fait partie des scénarii à envisager, même si on est super pointu en pilotage. Pour autant je vais aller travailler à Roquebrune cet hiver car je pense objectivement que j'aurais pu rattraper ce vrac par une marche arrière maintenue. Mais c'est une autre histoire.
Nous sommes le 19 juillet à St André les Alpes, le ciel est magnifique assez tôt le matin, les prévisions sont bonnes. Nous sommes à la 3eme manche de la Bstof, compétition en équipe sur des manches libres, et nous avons bien gazé avec l'équipe sur les 2 premières manches, nous sommes 5ème.
L'équipe se compose de Jérôme en M6, Fab en alpina 2, Patrick en Artik4 et moi en Delta2.
En ce 19 juillet nous envisageons un A/R à Dormillouse ou Morgon, parcours que je connais bien, pour l'avoir déjà réalisé une vingtaine de fois.
Au début du vol, je trouve que les conditions mettent du temps à se mettre en place, il faut être patient. J'attends de faire le plein aux antennes avant de transiter sur Lambruisse. Jérôme avance plus vite, il est à Coste Longue lorsque je me refais à Lambruisse, Fab est un peu devant moi. On entend malheureusement Patrick à la radio qui nous informe qu'il pose au pied de Coste Longue, à Thorame. Dommage. Cela me confirme cependant qu'il faut voler haut, que les basses couches ne sont pas si instables. J'arrive à Coste Longue et je fais le plaf à plus de 3000. La journée est excellente, les conditions sont bonnes. Il y a beaucoup de monde en l'air, ce qui facilite les choix. S'enchaînent le Carton, puis la Chau. J'assure les plafs. Jérôme est arrivé au Trauma lorsque je suis à La Chau, Fab est dans la transition entre les deux. J'arrive au Trauma assez haute, et je vois un groupe de pilote qui ratasse assez bas au Trauma. Il y a du Nord dans cette partie du vol, alors je me positionne sur le pilier Nord Ouest du Trauma. Au dessus de moi il y a une M6 et une IP7 qui enroule au nuage plus au Sud. Je trouve le thermique sur le piler NO, pas trop fort, et j'enroule pour passer au dessus du Trauma. Une fois le sommet dépassé, je me décale côté sud vers les voiles qui sont au nuage, et je trouve un thermique plus puissant qui me monte au plaf à plus de 3000m. Les conditions sont bonnes, c'est fort mais il y a peu de cisaillement de la masse d'air. Aucune fermeture jusque là dans le vol. L'IP7 et la M6 se dirigent vers le pic des Têtes, elles me laissent sur place, elles doivent accélérer. Je pars en transition vers le pic des Têtes, je suis au nuage à 3100m, dans les barbules. Il n'y a plus de difficulté jusqu'à Dormillouse, il suffit de rester sur la Blanche. Je sais que mes copains sont devant pas trop loin, j'aimerais bien les rattraper. Le thermique tire encore un peu, alors je m'écarte et je pousse le barreau. Un peu plus d'un barreau de mémoire.
En moins d'une seconde, je vois le shark nose complètement fermé au dessus de la tête, sur toute l'envergure. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà fait une frontale aussi importante avec ma voile. La voile arrêtée passe derrière et je temporise légèrement pour favoriser la réouverture. Je repasse dessous, la voile est ouverte mais ne vole pas encore, je vois les bouts de stabilo qui sont en marche arrière. Pas de cravate, tout s'est fait symétriquement. Pas de lacet. Je décide de libérer la voile pour sortir par devant. C'est là mon erreur mais j'y reviendrai plus tard. Je lève les mains bien haut. La voile shoote devant. Je temporise tout ce que je peux, mais c'est insuffisant ou un peu trop tard. Je sens que la voile était encore bien derrière lorsque je l'ai libérée et je me souviens des SIV où ça shootait fort. Elle a beaucoup d'énergie cette delta2. La voile fait une nouvelle frontale, moins forte que la première, cependant c'est moins confortable car il y a désormais du lacet certainement du à un déséquilibre dans la sellette.
Dès la première frontale, j'ai laché l'accélérateur, mais je n'ai pas recroquevillé mes jambes dans le cocon. Deuxième erreur qui a augmenté le lacet.
J'ai fait 3 SIV avec la delta 2. J'ai beaucoup travaillé les décros, vrilles et décro dynamiques. C'est une procédure que je connais bien, et que je fais proprement au dessus de l'eau. Décider de décrocher la voile à 3000m au dessus du Trauma est une autre histoire, mais c'est ce qu'il aurait fallu faire pour repartir.
Donc me voilà à 2900m, avec la voile ouverte, et un tour de twist. Les jambes sont toujours tendues dans le cocon.
Je sens une rotation se mettre en place. J'essaie d'enlever le tour de twist avant de stopper la rotation. 3eme erreur.
La voile était pilotable aux arrières avec un tour de twist, et j'aurais du arrêter la rotation avant d'enlever le tour de twist. J'ai appris ça aussi en SIV, mais bon....Donc j'enlève le tour de twist alors que je suis en rotation. Ca ne tourne pas vite, la voile est complètement ouverte au dessus de ma tête. Je ne comprends pas sur le moment pourquoi je suis en autorotation alors que je n'ai pas de fermeture. On m'explique plus tard (merci Pasc) qu'il suffit d'avoir un peu de frein ou d'appui sellette dans le twist pour entretenir la rotation. Le twist est enlevé, mais peu de temps après je reprends 2 puis 3 tours de twist. Foutue rotation. Foutues jambes tendues dans le cocon. Mel fallait s'occuper de supprimer la rotation avant de s'occuper du tour de twist.
Me voilà donc avec 2 puis 3 tours de twist, et là je me dis que ça va devenir compliqué pour récupérer la voile.
Je crois que c'est le moment ou jamais de tirer le secours. Je suis encore très haute, vers 2800m et ça tourne doucement. Tellement doucement que je me dis que ce n'est pas l'autorotation que j'ai vécu en SIV.
En 10 ans de vol, je n'ai jamais fait secours. J'ai lu le mode d'emploi bien sûr, et je suis allée au printemps chez Jean-Michel Laporte pour le replier lors d'un we pluvieux. Je tire la poignée, ça vient facilement. Armer et Lancer d'après le manuel. Je lance le paquet côté opposé à la voile. Ca s'ouvre instantanément, je suis prise en charge aux épaules et la rotation s'arrête, ouf. La voile se met à l'horizontale et je sens un effet miroir léger. J'ai à ce moment une dizaine de tours de twist. Tirer les B ou les C est impossible pour affaler la voile. Je tire sur le paquet de toutes mes forces, c'est très difficile, je tiens autant que je peux. Dès que je relâche, mon secours hémisphérique oscille avec la voile en effet miroir. Alors je tire très fort pour rapprocher la voile et limiter cet effet. Ca ne descend pas très vite, j'ai beaucoup de gaz, et il y a du nord. Je sens la dérive et je vois que le vent me pousse dans des zones peu accueillantes. Je suis complètement impuissante, je dérive au gré du vent. Je dérive en face Sud Est du Trauma, ce qui n'est pas si mal, car les pentes sont moins raides qu'en face Nord. Point positif, je me prépare à la réception et je me mets debout sous le secours, je sors les pieds du cocon. Je tire encore la voile de toutes mes forces. Le sol approche. Je pose (si on appelle ça poser) sur une vire dans une combe face Sud Est du Trauma à 2100m.
J'entends à la radio les compétiteurs qui annoncent mon secours, mais je n'y prête pas attention. Il y a sous moi une combe très raide, je dois absolument stabiliser ma position. Lors du posé, je tombe sur le cocon qui absorbe une bonne partie de l'impact, mais ça ne descendait pas très fort, moins de 5 m/s. Je me relève très rapidement, rien de cassé tout va bien, et mon premier réflexe est de neutraliser la voile principale. Si elle se regonfle elle peut m'entraîner dessous.
Je saute sur la voile pour la neutraliser et la mettre en boule. Le secours ne bouge pas trop lui, je m'en occuperai plus tard. Une fois la voile neutralisée, je me détache de la sellette, que je mets sur la voile pour tout bloquer. Je remonte ensuite la vire pour aller neutraliser le secours. Je redescends le secours et je le mets dans le sac interne de ma voile. Ca c'était bien aussi pour faciliter le démélage le lendemain. Une fois que tout est calé, je réponds en radio, et j'informe que tout va bien. Il me faudra cependant l'hélico pour m'extraire de cette zone, car en dessous sans corde je ne peux pas descendre. Je recois la visite d'un groupe de chamois. Ils m'observent comme un intrus pendant plusieurs secondes et finissent pas dévaler la combe qui me sépare de pentes plus douces. Je donne ma position GPS, et mon altitude, 2150m pour faciliter les secours. Un pilote de la compétition fait le relais car Michel Lévisse le DE ne me reçoit pas directement. Une fois les informations données, je retourne ranger mon matériel car je sais que la voile ouverte présente un danger pour l'hélico en approche. Je range tout dans mon sac. C'est fou l'énergie que l'on peut avoir dans ce genre de situation, j'ai réussi à mettre voile en boule, secours et cocon dans mon sac, sans trop de difficulté. Reste à attendre l'hélico. Environ 10 min plus tard j'entends ce bruit fabuleux du rotor que je connais bien (je travaille chez Airbus Helicopters le fabricant des EC145 en particulier). Quelle machine extraordinaire. Cependant, l'hélico me passe plusieurs fois au dessus, devant et ne me voit pas. Je fais pourtant de grands signes mais rien à faire, il part du mauvais côté. Je finis par appeler le 112 pour les orienter. En fait les secours cherchaient ma voile. J'ai un peu de réseau et je finis par parler avec le PGHM qui fait le relais à Shooka04, l'hélico EC145 du PGHM de Digne. L'hélico a beaucoup de mal à me localiser. Il se met à mon altitude, et ensuite je lui indique que je suis à 2H, 3H fonction de sa position. Ca y est il finit par s'approcher et se met en stationnaire au dessus de moi. L'effet de sol est vraiment très fort, ça décoiffe. L'hélico hélitreuille un secouriste à mon niveau, celui-ci m'équipe d'un harnais et on met un mousqueton sur le sac. Lhélico revient, le secouriste met un moment à attraper le câble car avec le souffle du rotor le câble est repoussé loin de la falaise. Ce qui contraint le pilote à s'approcher un peu plus du relief. Ils sont incroyables ces gens, ils prennent tellement de risques pour sauver notre peau. S'approcher si près du relief, avec les pales, les turbulences, cela relève de l'exploit. Ils sont très forts, et humblement ils répondent que c'est leur métier.
Le secouriste finit par attraper le câble et nous accroche au treuil. Voilà c'est parti! Quelle sensation extraordinaire de se sentir soulevée du sol! On est treuillé jusqu'à la cabine et je monte à l'intérieur. Tout va bien. Je n'ai rien. On rentre à Digne à la base du PGHM. Je discute un peu avec l'équipe et je leur dis que je travaille dans la conception d'hélicos. Ils sont admirables, ce sont vraiment des gens hors normes. Une fois à la base, ils reçoivent un appel pour un secours au Morgon. J'apprendrai ensuite qu'il s'agit de Roland Wacogne, un autre pilote de la compétition. Un gendarme me dépose dans un bar à Digne pour attendre la navette. Je reçois plus tard un appel de Roland Wacogne qui est aux urgences de Digne. Je me dis que je vais aller le rejoindre, et que je vais faire un check up, car quelques douleurs se sont réveillées depuis. Je rejoins l'hôpital de Digne en stop. Après un check up rassurant, je retrouve Roland et on rentre avec la navette à St André les Alpes assez tard en soirée.
Si je fais une analyse de cet incident sous ma Delta 2, avec laquelle je vole depuis 450 heures environ, je dirais les choses suivantes:
- Ma première erreur a été de ne pas rentrer les jambes sous la planchette, afin de limiter le lacet et les risques de twist
- Ma deuxième erreur a été de ne pas passer en marche arrière une fois repassée sous la voile, suite à la première frontale. Cela aurait permis je pense que remettre la voile en vol normal. Il faut que je travaille encore cela au dessus de l'eau, il faut que ça devienne un automatisme. J'avais bien assez de gaz pour faire cette manoeuvre que j'ai répété en SIV de nombreuses fois.
- Ma troisième erreur a été de vouloir enlever le tour de twist avant de contrer la rotation. J'aurais du supprimer la rotation aux arrières, et une fois en vol droit enlever le tour de twist.
- Une chose positive cependant a été de sortir rapidement du cocon et de se mettre debout sous le secours. Cela m'a permis de rapidement neutraliser ma voile une fois au sol.
- Une bonne chose a été de faire les choses dans l'ordre: neutraliser la voile principale, puis s'enlever de la sellette, puis neutraliser le secours
En ce qui concerne l'origine de la fermeture, je suivais deux voiles qui étaient 200m devant, et qui n'ont rien eu. Un pilote de la compétition m'a dit avoir fait un gros sketch 300m sous moi au moment ou je tirai le secours. Il devait y avoir un gros thermique au nord du Trauma et je suis arrivée sous le vent de celui ci en sortant de mes barbules. Le fait que je sois accélérée a amplifié la frontale.
Tout au long de ce vrac, la voile a eu un comportement très sain, pas de cravate, pas d'attaque oblique, pas de vrille. Une simple marche arrière en sortie de la première frontale aurait permis de sortir de la zone turbulente et aurait stabilisé voile+pilote pour retrouver le vol droit. C'est sur ce point que je dois progresser pour voler plus sereinement.
J'ai eu beaucoup de chance de tomber à l'endroit où je suis tombée. Le Trauma n'est pas recommandé pour faire secours. Les pentes sont raides, les combes sont caillouteuses, les arbres sont plus bas dans le vallon de la Bléone.
Une dérive différente aurait pu se terminer beaucoup plus mal. Je pense investir dans un Rogallo, même si le largage de la voile principale est indispensable. Il m'était physiquement impossible d'affaler la voile principale jusque dans mes pieds pour imaginer piloter un secours type Rogallo si j'en avais eu un. Pour autant, faire secours dans ce type de relief sans contrôle de trajectoire est vraiment à déconseiller.
Faire secours a été selon moi la bonne décision une fois les tours de twist installés. Il y a encore des choses à travailler pour éviter d'en arriver là, je pense cependant que ce type de vrac peut arriver dans des conditions qui semblent bonnes, comme c'était le cas ce 19 juillet. Il faut savoir s'y préparer. Cependant je vais essayer de ne plus alimenter le forum le plus longtemps possible :D . Bons vols à tous.

Avatar de l’utilisateur
Manu Bip Bip
Messages : 150
Inscription : Jeu Jan 17, 2008 10:32 am
Localisation : Cannes

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Manu Bip Bip » Dim Août 21, 2016 5:44 pm

Bonjour,

Merci pour ton récit que je viens de lire.
Quelques questions me viennent dans ma tête ...:

- Quel est ta sellette et réglage de ta ventrale ?
- qu'est-ce que tu veux dire exactement par "une marche arriere" ?

Bons vols

Avatar de l’utilisateur
Mel
Messages : 4
Inscription : Jeu Avr 21, 2016 12:05 pm
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Mel » Dim Août 21, 2016 6:10 pm

D'abord, il faut lire "Tromas" et non "Trauma"...Lapsus révélateur... :D

Je vole avec un cocon "Kanibal Race" avec planchette. Très stable, j'en suis ravie. Mon réglage ventrale est celui standard pour l'homologation de la voile.
Je ne sais plus exactement combien. Imaginer serrer la ventrale pendant le vrac me semble impossible.
Ce que je veux dire avec la "marche arrière": lorsqu'une grosse frontale se produit, la voile s'arrête sur place pendant que le pilote lui passe devant. Lorsque le pilote repasse sous la voile, et que la voile réouvre, elle a très peu de vitesse et ne vole pas encore. Un peu de frein la maintient en parachutale ou décrochage. J'ai bien identifié cette phase en SIV et aussi lors de mon vrac. Les stabilos marquaient la marche arrière. A ce moment précis, on a la possibilité de freiner la voile jusqu'à la position de marche arrière (mains au niveau des maillons en ce qui me concerne). Cette position est très agréable et permet de stabiliser la voile et son pilote. Je trouve que la position marche arrière permet surtout de bien retrouver le cadencement de la sortie de la voile vers l'avant. Lors de mon vrac, j'ai choisi de sortir vers l'avant, avec un gros shoot qu'il faut savoir temporiser efficacement et au bon moment. Suivant la force du shoot, c'est pas aussi confortable que de planter la marche arrière. Il suffit que la voile soit un peu derrière le pilote au moment de relâcher pour que ce soit très violent. En marche arrière on peut choisir le moment où sortir (porte de sortie), idéalement lorsque la voile nous dépasse ce qui limite l'abattée.

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Philippe P » Lun Août 22, 2016 9:46 am

Hello Mélanie,
Merci pour ce compte rendu aussi détaillé qu'instructif.
Il y a un point que je ne saisis pas bien. Si tu pouvais l'éclaircir, ça pourrait être utile un jour, même si j'espère bien que non...
Tu dis à un moment que tu étais en lente auto-rotation avec 1 twist ("Ça ne tourne pas vite"). Pendant cette lente auto-rotation, tu es parvenue à enlever le twist. Et pourtant: "Le twist est enlevé, mais peu de temps après je reprends 2 puis 3 tours de twist."
Est-ce que ce sont des contre-twists dus à l'inertie de tes jambes toujours tendues lors du "débobinage" du premier twist, ou est-ce que ce sont des twists complètement indépendants du premier? Si indépendants, quelle en serait à ton avis la cause?

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Benoit 2R » Lun Août 22, 2016 2:37 pm

Merci Mélanie pour ton retour d'expérience. Si tu ne l'as pas déjà fait, pourrais-tu en faire un résumé et le déclarer à la FFVL ?
http://federation.ffvl.fr/pages/d-clara ... -incidents

J'y vais aussi de mon retour d'expérience : jeudi dernier j'ai fait secours à Organya. J'y étais pour faire de l'acro mais j'ai fait secours en transition (la loose) sur une monstre fermeture type entrée dans un dust où la voile a fait un double mc-twist instantané dans mon dos. Je n'ai rien pu faire, c'est la première fois que ça m'arrive en 18 ans de pratique ! Freins bloqués mains basses (gros contre réflexe), 2 tours de twists d'entrée, départ immédiat en 3-6 marche arrière avec les tours de twists qui s’enchaînaient. Voyant que c'était irréversible, j'ai lancé mon rogallo avec un peu d'amertume (rhaaa, encore une fois...). Ouverture immédiate, j'ai pu ramener ma voile entre les jambes en allant chercher les freins au-dessus du gros paquet de twists. Y'a une grosse traction pour arriver aux freins mais ensuite ça va tout seul une fois la voile neutralisée. Grâce aux commandes du rogallo, j'ai pu aller me poser comme une fleur dans une micro-clairière au sommet de la montagne en évitant les arbres. Le plus chaud finalement, ce fut la descente en mode sanglier dans les kékés. A noter qu'il y avait des voiles en transition à une cinquantaine de mètres à côté de moi, certains pilotes lâchaient même les commandes et eux n'ont rien senti, pas même le froissement d'une plume (double loose).

Moralités :
- l'aérologie est parfois imprévisible, dur rappel à l'ordre :evil:
- ramener la voile ça demande un coup de main mais quand on choppe les bonnes suspentes, c'est facile et efficace.
- le rogallo c'est top ! Mais j'ai quand même un rond en secondaire, au cas où.
- j'ai encore validé que mon pliage fonctionne (faudrait pas que ça devienne une habitude :lol: )
- j'ai décollé à 18h en short et sans gants pensant ne rien risquer dans la restit et de peu j'y allais en fines baskets, bien mal m'en aurait pris ! Mes mollets et mes mains ont déjà bien soufferts à la descente.

hazarian
Messages : 6
Inscription : Sam Juil 26, 2008 7:28 pm
Localisation : toulon

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar hazarian » Lun Août 22, 2016 3:39 pm

Merci Mel pour le retour. Effectivement comme l'écrit Benoît l'air reste imprévisible. D'où cette part d'imprévisible en cross. Pour revenir au vrac, tu m'avais raconté au déco de St-andré (avant que tu fasses un beau triangle et que je pose dans les Monges comme toi le lendemain... :? ) tu ne tenais pas tes arrières avec les C mais avais les freins en main. Accéléré, le moindre coup de frein crée le profil reflex, qui déplace l'axe de poussée et induit une frontale... (voir le siv R11 de Guigui Chatain : https://vimeo.com/98473761 il faut lire les commentaires en dessous, il explique comment il fait la frontale... !! ) C'est peut être ce qui a initié la frontale en + de l'aérologie... Également si t'es accélérée au moment de la frontale, il ne faut pas relâcher l'accélérateur si t'as pas pu anticiper. Ça fait un effet élastique qui amplifie les vracs... (voir la vidéo : https://vimeo.com/99825963 et la théorie sur voler info : http://www.voler.info/cms/index.php/19- ... ymetriques c'est page 48)
Bon, voilà merci encore pour le partage.
A+ et prenez soin de vous.

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 992
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Victor » Lun Août 22, 2016 7:32 pm

En moins d'une seconde, je vois le shark nose complètement fermé au dessus de la tête, sur toute l'envergure. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà fait une frontale aussi importante avec ma voile. La voile arrêtée passe derrière et je temporise légèrement pour favoriser la réouverture. Je repasse dessous, la voile est ouverte mais ne vole pas encore, je vois les bouts de stabilo qui sont en marche arrière. Pas de cravate, tout s'est fait symétriquement. Pas de lacet. Je décide de libérer la voile pour sortir par devant. C'est là mon erreur mais j'y reviendrai plus tard. Je lève les mains bien haut. La voile shoote devant. Je temporise tout ce que je peux, mais c'est insuffisant ou un peu trop tard.


Je ne sais pas si je comprends bien ce que tu as fait avec les freins mais "je temporise légèrement" c'est quand la voile est encore derriere ?

On avait un doc securite de Jerome Canaud sur l'ancienne version du site web (je ne retrouve plus). Je crois qu'il disait mains hautes et quand ca shoote devant tu amenes les mains sous les fesses et tu relaches (tres forte amplitude, faible duree). J'ai toujours fait comme ca, jamais eu de pbs - maintenant je n'ai peut-etre jamais rencontre cette amplitude ni cette aerologie.

Comment tu penses que ca se serait passe avec une EN-B ? (difficile de repondre mais reflexion toujours interessante, une question que j'aime bien poser).

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Philippe P » Lun Août 22, 2016 8:55 pm

Victor a écrit :
On avait un doc securite de Jerome Canaud sur l'ancienne version du site web (je ne retrouve plus). Je crois qu'il disait mains hautes et quand ca shoote devant tu amenes les mains sous les fesses et tu relaches (tres forte amplitude, faible duree).

Ah Victor, c'est vrai, t'es loin de tout, maintenant. Il te faudrait un moteur de recherche efficace :wink:
En attendant, c'est toujours sur le site AGDL: Info/Technique et sécurité.
Le lien:
http://www.augredelair.fr/wp-content/up ... pdf?time=0

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 992
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Victor » Mar Août 23, 2016 6:52 am

merci Lycos

Avatar de l’utilisateur
Mel
Messages : 4
Inscription : Jeu Avr 21, 2016 12:05 pm
Localisation : Aix en Provence
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Mel » Mar Août 23, 2016 11:17 pm

Je n'étais pas revenue sur le forum depuis dimanche, et je vois que le sujet a eu du succès...
Alors pour Philippe P, honnêtement, les twists qui sont venus une fois que j'ai détwisté, je ne sais pas expliquer comment ils sont venus.
Peut etre comme tu le dis avec l'inertie de mes jambes. Je ne me souviens pas de tout dans l'incident, ça va tellement vite.

Merci à Benoit pour son récit. J'ai investi dans un Beamer 3 S et j'aurai besoin d'un coup de main pour le plier l'an prochain!
Effectivement un Rogallo est un élément de sécurité en plus dans ces zones hostiles pour poser au petit bonheur la chance.
J'ai également pris des maillons largables. Quand j'ai vu la difficulté pour affaler la voile sous le secours, je pense qu'il faut la larguer pour pouvoir piloter le rogallo.

Merci pour les infos pour le profil de la voile accélérée avec du frein, c'est très intéressant. Effectivement j'étais "au contact" au frein avec l'accélérateur.
Je pilote au C en transition mais dans les barbules, j'ai plutot les mains sur les freins.
Oui je me souviens t'avoir croisé sur le déco. Il était important pour moi de refaire un cross après cet incident, et de repasser au Tromas.
Histoire de ne pas rester sur un échec.

Après je sais temporiser ma voile je pense, pour l'avoir déjà fait de nombreuses fois en cross et en SIV, sur de fortes amplitudes. Les bons conseils "j'ai toujours fait comme ça" désolée mais il faut se mettre dans une belle machine à laver et voir si ça marche toujours. Je pilotais une voile C alors je n'ai vraiment aucune idée de ce que ça aurait pu donner avec une voile B. Si ce que tu veux entendre c'est qu'une voile B serait sortie seule de ce vrac et sans secours, et bien tu peux te rassurer toi meme car je suis incapable de te le confirmer. Bons vols.

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 992
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Victor » Mer Août 24, 2016 1:22 am

Non je ne veux rien entendre de special sauf moins de posts dans cette section du forum.

Et effectivement je pense que notre orgueil de pilote est responsable d'un partie des accidents.

Alors quand j'entends des pilotes se poser des questions / de trop "jeunes" pilotes passer sous une D / des pilotes du pole espoir voler sous des voiles de compets sans jamais avoir fait plus de 50 bornes ben j'essaye de les aider a reflechir.

Bons vols

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Benoit 2R » Mer Août 24, 2016 8:26 am

Mel a écrit :Je n'étais pas revenue sur le forum depuis dimanche, et je vois que le sujet a eu du succès...
Merci à Benoit pour son récit. J'ai investi dans un Beamer 3 S et j'aurai besoin d'un coup de main pour le plier l'an prochain!
Effectivement un Rogallo est un élément de sécurité en plus dans ces zones hostiles pour poser au petit bonheur la chance.
J'ai également pris des maillons largables. Quand j'ai vu la difficulté pour affaler la voile sous le secours, je pense qu'il faut la larguer pour pouvoir piloter le rogallo.

Aucun souci pour t'aider à le replier et c'est valable pour tous les pilotes qui me le demandent.
Les maillons largables c'est très bien avec le rogallo. J'en ai sur mon bi car un bi, c'est strictement impossible à neutraliser une fois twisté, même avec un André Rose, pour info...
Attention car il te faut également des largueurs d'accélérateur qui soient correctement ajustés. Trop lâches et ça ne libère pas.

Avatar de l’utilisateur
pasc
Messages : 1300
Inscription : Sam Mai 13, 2006 2:49 pm
Localisation : nice port
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar pasc » Mer Août 24, 2016 8:49 am

je vais mettre qq nouveaux termes dans mon dico du vol libre :

vracologie, vracologue
vracologie générale
vracologie analytique
psychovracologie
secourologie, secourologue (×2)
post-vracologie, post-vracologue

Avatar de l’utilisateur
d'gilou
Messages : 1158
Inscription : Mer Juil 08, 2009 7:20 pm
Localisation : La roquette sur var

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar d'gilou » Mer Août 24, 2016 2:24 pm

en fin de compte c'est le sujet du forum qui marche le mieux :wink:

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Benoit 2R » Lun Août 29, 2016 1:50 pm

Pasc, tu peux continuer à peaufiner ton dico, encore un vraqué hier à Moustiers :cry:

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1901
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar BrunoD » Lun Août 29, 2016 4:45 pm

Sauf ton respect Benoît, on n'a droit qu'à un vrac par post. Merci d'ouvrir un nouveau post ou bien de ne plus vraquer.

Avatar de l’utilisateur
d'gilou
Messages : 1158
Inscription : Mer Juil 08, 2009 7:20 pm
Localisation : La roquette sur var

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar d'gilou » Lun Août 29, 2016 5:25 pm

Le paravrac

Avatar de l’utilisateur
Thierry d'Allevard
Messages : 313
Inscription : Mar Juil 24, 2007 9:09 pm
Localisation : Brié et Angonnes

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar Thierry d'Allevard » Lun Août 29, 2016 9:24 pm

@Pasc, @Dgilou et @BrunoD: Vous connaissant dans la "vraie" vie, je vais prendre vos derniers commentaires comme de l'humour que je ne comprend pas.

Je vous invite à créer une autre rubrique intitulée "Retour de presque vrac / Incident / Ouf c'est passé cette fois ci", ou vous pourrez nous faire profiter de vos propres expériences qui se terminent bien.
Elle sera sans nul doute beaucoup plus alimentée que celle ci (si les pilotes concernés veulent bien en parler) et on pourra se moquer sans risque de blesser.

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1901
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar BrunoD » Lun Août 29, 2016 10:23 pm

Ce n'est pas de l'humour, ces retours de vracs doivent rester lisibles, B2R introduit des commentaires concernant deux autres vracs que celui de Mélanie, je crois qu'il serait plus utile aux lecteurs et très simple de les mettre chacun dans un nouveau post. La liste est malheureusement longue, si on avait tout mis dans le même fil on n'y comprendrait rien.
Bise

Avatar de l’utilisateur
pasc
Messages : 1300
Inscription : Sam Mai 13, 2006 2:49 pm
Localisation : nice port
Contact :

Re: Secours au Trauma, 19/07/2016

Messagepar pasc » Mar Août 30, 2016 8:44 am

shit j'avais écrit un long message genre psychopostvracologie et mon smartphone s'est éteint d'epuisement

Mel je voulais juste en fait te faire rebondir sur le fait d'acheter une Cure qq jours après un Vrac en D2 ou de revoler le lendemain d'avoir fait secours.
(même incident mais deux questions)

Ca m'intéresse parceque j'ai toujours eu spontanément tendance après des looses à passer par une desintoxication, une analyse posée et une reprise motivée par le plaisir et l'envie. Quand les gens disaient "il faut revoler tout de suite sinon..." (sous-entendu sinon après tu auras peur) je ne me reconnaissais absolument pas dans cette approche.

@thierry... euh... pardon si ça t'as blessé
C'était juste pour dire qu'après un vrac il y a toujours des gens pour analyser et qu'en affinant il y a les aspect psycho, techniques, matos blablabla... comme dans toute discipline qui se developpe, les spécialités émergent... Cela se voulait ni drole ni caustique ni quoi que ce soit... mais restons sur le cas "Mel"


Revenir vers « Retour de vrac / accident »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron