Dans le nuage...

Les vraqués (c'est à dire la quasi totalité d'entre nous!) et/ou témoins de vrac décrient l'événement. Le but recherché est de permettre à tous de comprendre ce qui est la cause de l'incident/accident, dans l'espoir de ne pas le reproduire en situation similaire. On a trop souvent des incidents/accidents qui restent peu discutés ouvertement, alors que leur connaissance aurait pu éviter à un autre pilote le même souci!
Avatar de l’utilisateur
Toinou06
Messages : 20
Inscription : Mer Août 01, 2012 6:30 pm
Localisation : Grasse

Dans le nuage...

Messagepar Toinou06 » Ven Juil 17, 2015 7:12 pm

La trace : http://www.victorb.fr/visugps/visugps.h ... GAnAu6_igc

Second décollage de la journée au col de Bleine, après un premier plouf, il est 12h40.
C'est bien alimenté, mais régulier. Nous sommes deux à décoller, Philippe P et moi. Bob, Eric Fradet et un troisième (j'ai oublié ton prénom, excuse-moi), renoncent : trop de développement sur le Teillon, et vent soutenu.
15 minutes après le décollage, j'enroule un thermique sympa, qui dérive bien vers l'Arpille. Je le quitte à 2550, direction Briançonnet, poussé par du sud cela vole à 60 km/h au 1er barreau.
Au dessus de la barre de Briançonnet, je vois Philippe qui se refait d'un point bas au nord des Lattes. Je décide de revenir pour lui tenir compagnie.
Philippe enfile le Pensier, je suis derrière lui, 300 mètres au dessus. Nous continuons sur le Teillon, et Philippe continue vers l'ouest, direction Castellane.
Moi je préfère rester haut (conseil de Benoît M) et file sous les nuages direction le Pic de Chamatte. Les cumulus sont consistants, mais je mange la base sans me faire aspirer.
Au pic, je ne sais pas vers où partir, la crête des Serres est à l'ombre depuis un moment, j'ai presque envie de partir vers Alons et Le Puy qui est au soleil.
C'est ma voile qui décide en s'orientant toute seule ( je vous jure!) vers la crête des serres.
C'est la descente sur la moitié de sa longueur, mais j'avais eu le même problème l'année dernière. Je trouve un thermique juste après la basse d'angle et remonte bien sur 650 m, sous le nuage. Pendant mes derniers tours, un planeur en maraude vient profiter de l'aubaine, puis file vers la montagne de Maurel. Je le vois enrouler vers le bout de la crête et partir plein nord sous la base de nuage. Je décide de faire pareil, plein nord.
Je suis déjà à la base du nuage, une hirondelle fait la chasse aux insectes, c'est la première fois que je vois cela. Je continue, cela bipe +2, je fais les oreilles et continue. Je suis dans le nuage, je connais cette sensation d'enveloppement, mais très vite, le vario me rappelle à l'ordre, ça monte et ça bouge bien !
A partir de là, c'est 360 avec une oreille, mais je ne supporte pas la centrifugation, décrochage aux B, mais c'est dur à tenir avec les bourrasques de vent, et les réouvertures sont costaudes. J'ai la sensation de faire la toupie sur plusieurs tours, alors que mon GPS reste figé. Je décide de faire les oreilles accélérées et de diriger le cap à la sellette et en modulant la taille des oreilles.
Cela monte toujours et je fais des ronds dans le nuage, puis viennent les gouttes de pluie (ou de condensation) et c'est rapidement violent, je dépasse le niveau du mont blanc, et c'est là que le givre commence à faire des pendentifs sur mes commandes de freins.
Je réalise que je ne suis jamais monté aussi haut, et me demande si je ne vais pas avoir des problèmes de respiration.
J'approche des 5000 et enfin, cela ne monte plus.
Je garde les oreilles, je ne vois toujours rien, puis c'est la descente, sympa au début, puis la sensation de tomber du ciel, avec la voile qui valdingue de tous les côtés.
C'est enfin la sortie du nuage, je suis entre deux grosses bêtes, avec un petit cum ridicule 800 ou 1000 m sous mes pieds. Impératif immédiat, s'écarter des nuages, direction le bleu.
Puis très rapidement, enlever mes gants d'été qui sont complètement trempés, et mettre les gants d'hiver que j'ai mis avant le décollage dans les poches de ma veste. Je sais que si je suis repris dans un nuage, mes mains mouillées et frigorifiées ne résisteront pas longtemps, les protéger du froid est un impératif vital à ce moment. Je n'arrive qu'à moitié à enfiler mes gants.
Je file en direction du nord, avec des nuages devant, plusieurs virages pour perdre de l'altitude et me repérer, puis direction le sud, vers St André que je vois au fond de la vallée.
C'est le début d'une longue descente, contrée par du sud, mais au soleil.
Je pose à Aerogliss avec un vent soutenu (je mets même du barreau en finale), trois personnes me regardent à l'attero, c'est vraiment mon plus beau posé, délicatement, comme une fleur, je me retourne, fais deux pas en affalant la voile, je suis heureux…

J'ai fait plein d'erreurs :
Je n'ai pas vu que le cumulus que j'ai chevauché était un cumulus Congestus caché derrière ses copains « pas Congestus », je ne l'ai vu sur la vidéo, qu'avant la transition vers le Pic de Chamatte. Je reconnais que j'essaie depuis quelque temps de faire la base des nuages, pour transiter au plus haut.
https://www.dropbox.com/sc/cl1rwnt9m1ew ... XYTh3zJt3a

J'ai confondu planeur et parapente, lui a simplement poussé sur le manche pour ne pas se faire prendre.
https://www.dropbox.com/sc/0m5cqnqngjkc ... hqnUXP4dya

J'ai surtout oublié les conseils de Luc : dans un nuage, c'est pratiquement impossible de sortir par le bas, il faut tenir sa voile et piloter avec un cap si possible plus ou moins au vent pour sortir sur le coté.

Je suis donc resté 18 minutes à tourner en rond, essayant inutilement de descendre.
Je sais que j'ai eu de la chance, j'aurais pu avoir de sérieux problèmes, mais je n'ai jamais perdu mon sang-froid (la température aidant?).
https://www.dropbox.com/s/2ljhhz41u6odg ... e.jpg?dl=0

J'ai le sentiment d'avoir vécu une expérience vraiment enrichissante, je ne suis pas à dire qu'elle est indispensable, ne vous méprenez pas, mais qu'elle peut être primordiale dans certaines conditions, et faire la différence si par malheur cela m'arrive à nouveau.
Antoine A

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Dans le nuage...

Messagepar Benoit 2R » Ven Juil 17, 2015 8:16 pm

Heureusement que tu dis qu'il ne faut pas se méprendre parce qu'à te lire on a presque l'impression que tu as trouvé ça cool :?

Avatar de l’utilisateur
Toinou06
Messages : 20
Inscription : Mer Août 01, 2012 6:30 pm
Localisation : Grasse

Re: Dans le nuage...

Messagepar Toinou06 » Ven Juil 17, 2015 8:29 pm

"je suis heureux"
C'est parce que j'ai posé sans bobo après 30 minutes très éprouvantes, et là, je me dis "ne te tanque pas, ce serait trop con de te tuer après être sorti vivant du nuage".
Alors NON, je n'ai vraiment pas trouvé "cela cool", mais j'assume mes erreurs, et je sais que les expériences difficiles dans ma vie m'ont toujours été profitables après analyse.

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Re: Dans le nuage...

Messagepar Philippe P » Ven Juil 17, 2015 8:44 pm

Tudju!
Plus d'un quart d'heure à se faire secouer dans l'obscurité humide et froide, pourvu que ça n'arrive plus à personne!

Ayant décollé peu après toi, j'ai été surpris par ton enthousiasme à te laisser monter vers ces nuages déjà bien sombres. On voyait déjà une agrégation du côté de Saint André, avec des surdéveloppements probables, et une atmosphère saturée d'humidité ne demandant qu'à fusionner en quelque chose de plus redoutable encore. Il est possible que des "pros" aient pu considérer ces conditions comme un terrain favorable pour cheminer rapidement, mais à condition de savoir anticiper les risques d'aspiration.
Brrrrr...

Pour ma part, j'ai préféré rester en bordure de la zone, afin d'avoir la possibilité de glisser vers le bleu si ça tirait trop, et sans me rapprocher de la base de ces nuages bien sombres.
Voici une image depuis la bordure de la zone nuageuse, où l'on voit "la chose".

Voici une autre image de la même zone, mais vue de plus loin. On voit nettement le surdéveloppement en croissance. C'est à quelques minutes près quand tu as été mangé tout cru!

Comme dirait "je ne sais plus qui":
"Un nuage a rarement mangé un parapentiste". :wink:
Hmmm.......... C'est vraiment vrai, ça?

Bravo quoiqu'il en soit de prendre cette expérience du bon côté. Tu as sans doute raison, puisqu'elle s'est heureusement terminée sans conséquence physique.
:?

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Re: Dans le nuage...

Messagepar Philippe P » Ven Juil 17, 2015 8:48 pm

Au fait, avais-tu un compas/boussole? Si oui, arrivais-tu à le lire, ou est-ce que ça bougeait trop pour être interprétable?

Avatar de l’utilisateur
Toinou06
Messages : 20
Inscription : Mer Août 01, 2012 6:30 pm
Localisation : Grasse

Re: Dans le nuage...

Messagepar Toinou06 » Ven Juil 17, 2015 8:55 pm

Je ne prenais plus mon compas, il était faussé par la proximité de ma radio, je vais modifier l'agencement de mon cockpit :?

Avatar de l’utilisateur
marcangelo
Messages : 142
Inscription : Mer Mai 09, 2007 10:06 pm
Localisation : Cipieres

Re: Dans le nuage...

Messagepar marcangelo » Sam Juil 18, 2015 10:44 pm

Merci pour le récit Antoine....mais sans compas!!??là,tu deconnes vraiment !!..
au fait ..tu te posais la question a propos de quelle veste de vol adopter en été...ben..chaude et imperméable pour toi!! :lol:

Avatar de l’utilisateur
Vincent S.
Messages : 15
Inscription : Ven Avr 06, 2012 1:41 pm
Localisation : Nice

Re: Dans le nuage...

Messagepar Vincent S. » Mer Juil 22, 2015 12:56 pm

On a rarement affaire à un récit de ce type dont la conclusion est si positive. Je savoure donc un peu avec toi le plaisir que tu as certainement ressenti en touchant le sol des pieds...

Merci d'avoir pris le temps de débriefer !

Avatar de l’utilisateur
Lauziere
Messages : 526
Inscription : Mer Mars 22, 2006 5:45 pm
Localisation : La Colmiane

Re: Dans le nuage...

Messagepar Lauziere » Dim Juil 26, 2015 9:56 pm

Philippe,
tu es certainement trop "jeune" parapentiste pour te rappeler qu'il y a une vingtaine d'années, il y a eu une hécatombe de deltiste bouffés par un cunimbe sur le lac de Côme! :cry:
Depuis ce triste événement tout le monde,ou presque s'abstient de voler en la présence de ce monstre. Mais voilà,par ignorance,par excès de confiance,par excès d'optimisme et par erreur de jugement un jour ou l'autre on se fait avoir!
Antoine a frôlé la mort ,ça donne le frisson!

Rappel:
"""Une supercellule peut peser autour de 800 000 tonnes...jusqu'à 700 000 tonnes d'air par seconde ...condenser environ 7600 tonnes de vapeur d'eau. Cette condensation libère de l'énergie... 19 millions de mégawatts !"""
Elle peut aspirer jusqu'à 50km. :|

Je n'ai de leçons à donner à personne, l'erreur est humaine,ceci n'est qu'un rappel.
Celui qui rit aujourd'hui de ce texte pourrait bien pleurer demain des larmes gelées :roll:

Avatar de l’utilisateur
Benoit Morel
Messages : 1450
Inscription : Mar Avr 17, 2007 3:55 pm
Localisation : Le Cannet
Contact :

Re: Dans le nuage...

Messagepar Benoit Morel » Lun Juil 27, 2015 11:01 am

Euh, faut pas trop dramatiser non plus... Là, Pierre, tu évoques les "gros" Cb. En plus, une supercellule je crois que c'est un Cb spécifique car en rotation. Il n'était pas du tout prévu de surdéveloppements ce jour là (et il n'y a en pas eu) et le nuage qu'a fréquenté Antoine n'était qu'un cumulus (un médiocris, c'est déjà gros), mais pas un congestus... La seule vraie erreur c'est de ne pas avoir eu de compas avec lui... Un gps peut tomber en panne et, surtout, n'a, en général, pas un temps de rafraîchissement assez rapide pour permettre de contrôler son cap une fois dans le nuage. Dès qu'on veut faire un peu de distance, on se fait tous régulièrement prendre (plus ou moins volontairement :wink: dans les nuages), ça peut faire partie du plaisir du vol... Il faut juste avoir le bon équipement, anticiper le cap à prendre pour en sortir et savoir tenir ce cap (ce qui est loin d'être aisé).

Dans un congestus, ça aurait pu être une autre histoire, il aurait pu monter plus haut, rester bien plus longtemps, se prendre de la pluie, voire même, la pire des choses, un front de pluie au moment de se poser (il est généré par les précipitations à proximité et l'aérologie est alors terrible en basses couches). On peut encore fuir un Congestus... mais pas un Cb... Le gros risque avec les congestus c'est que ça peut basculer rapidement en Cb ou qu'ils peuvent se souder entre eux...

D'ailleurs, à propos de Cb, la semaine dernière (le samedi), je me suis pris une bonne leçon avec les Cb qu'il peut aussi être utile de partager... je faisais le retour de la Blanche entre quelques congestus, je pensais passer le Crémon facilement mais j'ai trouvé prés de 50km/h de SO en basses couches (2200/2500 quand même) et je me suis retrouvé coincé sur la crête des Serres... J'avais repéré depuis un moment un Cb assez loin à l'Est et je ne m'en inquiétais pas trop... Toute la zone était passée à l'ombre et j'ai attendu que le soleil revienne pour tenter à nouveau de passer... Quand j'ai enfin décidé de renoncer (en partie seulement à cause du Cb), j'ai du me poser à Vergons (impossible de passer sur St-Julien et je m'étais pris quelques gouttes en allant sur Saint-André). 20mn après, l'aérologie a radicalement changé: au lieu du SO fort et irrégulier ça a très soudainement basculé en E assez anarchique et très fort dans les rafales. Après coup, j'ai vu que toutes les balises de la région (Gréo, Bleine, Lachens, Saint-André) ont basculé NE presque au même moment. Je ne comprends pas pourquoi ça a basculé dans ce sens car ça ressemblait à un front d'orage mais ça aurait alors été canalisé par des vallées alors que, là, toutes font plutôt écran... Il aurait pu au contraire aspirer, étant assez loin, c'est peut-être lui qui a, justement, renforcé ainsi le SO que j'ai rencontré. Peut-être s'agissait-il d'un autre Cb moins gigantesque et plus proche que je n'aurais pas vu (comme celui qui aurait provoqué la tornade à Gréo à ce moment là). Quoi qu'il en soit, c'est une chance que je me sois posé à temps et je vais certainement garder d'autant plus de marges à l'avenir avec les Cb. (quelques images)

N'oubliez pas quand même que les nuages sont aussi amis! :wink:

A+


Benoit

Avatar de l’utilisateur
Lauziere
Messages : 526
Inscription : Mer Mars 22, 2006 5:45 pm
Localisation : La Colmiane

Re: Dans le nuage...

Messagepar Lauziere » Lun Juil 27, 2015 11:41 am

Merci Benoit pour ce retour d'expériences vécues.

moi aussi je me suis fait surprendre il y a quelques années, mais ton récit reflète quand même beaucoup d'incertitudes sur les signes avant-coureurs de l'évolution des cumulus gentils à méchants.

Les configurations aérologiques ne sont jamais identiques et c'est pour cela que nous devons nous laisser une grande marge de sécurité.

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Dans le nuage...

Messagepar Benoit 2R » Lun Juil 27, 2015 2:02 pm

N'hésitez pas cet hiver à venir à Roquebrune avec les acrobates tester les différentes méthodes de descente rapide : B, oreilles accélérées et la plus efficace, face planète aux (très) grandes oreilles. Avec quelques conseils et un peu d'entrainement n'importe quel pilote peut tomber du ciel à -15m/s sans se faire centrifuger. Ca laisse une bonne marge avant de se faire aspirer.

Avatar de l’utilisateur
marcangelo
Messages : 142
Inscription : Mer Mai 09, 2007 10:06 pm
Localisation : Cipieres

Re: Dans le nuage...

Messagepar marcangelo » Lun Juil 27, 2015 11:23 pm

Volontiers Benoit !!
parce que des trucs comme dans la video ci jointe j espere ne pas en rencontrer souvent!!
meme en descendant a -15ms...je suis pas sur que...
https://vimeo.com/134173961


Revenir vers « Retour de vrac / accident »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron