Vrac en posant à Coursegoules

Les vraqués (c'est à dire la quasi totalité d'entre nous!) et/ou témoins de vrac décrient l'événement. Le but recherché est de permettre à tous de comprendre ce qui est la cause de l'incident/accident, dans l'espoir de ne pas le reproduire en situation similaire. On a trop souvent des incidents/accidents qui restent peu discutés ouvertement, alors que leur connaissance aurait pu éviter à un autre pilote le même souci!
Avatar de l’utilisateur
d'gilou
Messages : 1158
Inscription : Mer Juil 08, 2009 7:20 pm
Localisation : La roquette sur var

Vrac en posant à Coursegoules

Messagepar d'gilou » Sam Août 24, 2013 8:38 pm

Vrac en approche attero à Coursegoules

Condition du pilote : RAS

Expérience : un peu moins de 1000 hre de vol

Matériel : Sigma 8 (ENC) sellette cocon Impress 3

Site du vrac : l’atterro de Coursegoules

Conditions météo : conditions très stables le 31 mai 2013

Description : nous venons de Gourdon avec Ben et suivons les gorges du loup coté Est pour rejoindre gréo. La crête du plateau de saint Barnabé porte mal, et je fini juste avant de rejoindre le rond-point de Gréo environ 100 m sous le sommet du baou…
Je peine à remonter jusqu’à la carrière et sans trop plaffer me dirige quand même vers Coursegoules radada tout le long à raz du relief…

Arrivé à Coursegoules c’est tout à l’ombre sur le Veriou, mais je décide quand même d’aller faire le sommet par le bas, sûr de remonter en dynamique avec la brise qui vient de l’Est… C’est tout calme et je descends inexorablement à l’ombre…
Il est temps d’improviser un atterro et je vise le grand champ équipé d’une belle biroute au sud du village…

Je glisse et repasse au soleil très légèrement poussé par un µEst… Au lieu de poser dans le centre du champ je préfère réduire la marche pour faire du stop et décide de poser à l’extrémité Ouest prêt du pont qui permet de rejoindre Coursegoules quand on circule du col de Vence vers Gréo…
J’entame une branche vent de travers en allant vers le sud vertical du pont, car il y a une ligne à cet endroit dans le champ et je dois poser assez court sans que ce soit difficile…

Ça se met à porter comme en léger dynamique à 20 ou 30 m sol et je suis contraint de faire planer un peu plus pour ne pas arriver trop haut dans le champ, prendre une bulle et me manger la petite ligne…
Je suis au-dessus du carrefour qui est bien protégé de la petite brise par des grands arbres, et je fini mon virage pour repartir vers l’est toujours à 20 ou 30 m du sol…

Soudain dans le zérotage je me prends une montrueuse poussée verticale qui m’envoie environ 15 m plus haut suivie d’une énorme abatée, voile à l’horizontale devant moi… Je tente un contre trop tard et subis d’autres violentes turbulences qui m’amènent en situation de décrochage, je relève immédiatement les mains et me retrouve reculé d’environ 20 m vers l’Ouest au-dessus d’arbres, à la hauteur initiale… La voile revole nickel et je me sens sorti d’affaire, d’autant plus que je suis encore en finesse du champ…
J’avance de quelques mètres et le scénario recommence exactement de la même manière, énorme abattée, voile à 90°… Cette fois je bourrine moins sur les freins et réussi à garder le contact avec de la pression dans les cdes malgré les divers mouvements… La voile bouge dans tous les sens et je suis au-dessus du carrefour bordé par une petite falaise de 5 m…
Je termine sans rien comprendre posé sur une petite planche juste au-dessus de la falaise vent de cul mais a très faible vitesse… Je n’ai même pas le temps de sortir les jambes du cocon, je fais un petit cratère bien miraculeusement bien tangenté, et comble de la chance, la voile finie pliée entre des arbustes… Pas de bobo un miracle…

Enseignements : en conditions stables (et sans doute aussi instables), les poches sous le vent peuvent accumuler une grosse masse d’air chaud qui peut se mettre en mouvement violemment.

- Toujours préférer des zones larges et homogènes pour poser.

- Ne pas vouloir gratter 300m de marche et compliquer l’atterro alors qu’un immense champ te tend les bras.

- Ne pas surpiloter et quand tu ne comprends plus rien relèves les mains.

- Quand ça bouge dans tous les sens avec la voile verticale au-dessus de la tête, la position mains aux oreilles ou 30% de cde limite bien les mouvements de la voile, mais relever immédiatement si la voile passe quand même derrière le pilote.

- Ne pas voler avec une voile chaudasse pour ton niveau de pilotage, en cas de vrac, les mouvements de la voile seront plus amples et plus rapides, et demanderont plus de doigté.

- Si tu as le choix, choisir une zone à l’ombre (ou humide, bien verte) pour poser.

Avatar de l’utilisateur
d'gilou
Messages : 1158
Inscription : Mer Juil 08, 2009 7:20 pm
Localisation : La roquette sur var

Messagepar d'gilou » Sam Août 24, 2013 8:41 pm


J

Messagepar J » Sam Août 24, 2013 11:50 pm

Tu penses que cela aurait pu être des déclenchements de dust ton histoire?

Dans le récit, cela me fait penser largement à une anecdote similaire mais au dessus d'un petit champs vers le Lachens, ou je pose à cause du camps Juers.

Je reprends 15m, violents mouvements, je pose en cratère, me fait ensuite traîner sur une brusque inversion du sens du vent...

Tout me laisse à croire que c'était un dust, pareil dans des conditions assez stables et "sèches" pour la saison au mois de mai (2006).

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Messagepar Philippe P » Dim Août 25, 2013 12:23 am

Merci Gilles pour ce récit. Pour ma part, je retiens:
- Toujours préférer des zones larges et homogènes pour poser.
Afin de faciliter la visualisation, voici une image de cette approche, ainsi que la fin de la trace (cliquer droit et "enregistrer sous") pour la "jouer" sur Google Earth.

Avatar de l’utilisateur
Rogé Alain
Messages : 1027
Inscription : Mer Jan 04, 2006 1:48 pm
Localisation : La Colle sur loup

Messagepar Rogé Alain » Dim Août 25, 2013 6:54 pm

J'ai vécu un truc assez similaires il y a quelques années.J'avais déja pas mal d'expérience du thermiques et des turbulences à ce moment là et volais avec une whisper de chez flight planet.

CIRCONSTANCES :

Journée très chaude de milieu d'été mais pas de turbulences anormales rencontrées pendant le vol.Je me pose confiant dans un grand champ en fin d'après midi après 4 ou 5 heures de vol mais pas fatigué du tout.

Je gère bien la finale,tiens la voile aux freins mais sans plus et soudain je me prend un coup de poing dans la figure qui me remonte de quelques mètres.La voile part derrière moi,je relâche les freins doucement sans brutalité pour la laisser revenir et contrôle l’abattée qui suit.

Je me croyais sorti d'affaire et refais un ou deux S pour rebouffer l'altitude reprise à cause de ce boulet de canon soudain. Dans un des virage j'en reprend une et là je part en dérive du coté ou ça penche et me bourre comme un benêt dans le champ d'a coté sans rien pouvoir faire pour contrer car pas mal de gradient dans les 5 ou 6 dernier mètres,ça a été très vite.

Après je me suis retrouvé comme un couillon un peu bête ne sachant pas quelle erreur j'avais bien pu faire. Aujourd'hui encore je ne me l'explique pas,ça restera dans la ligné des grands mystères qui habitent surement un peu toute les têtes des parapentistes qui volent régulièrement.

Peu être un dust ou un dernier gros thermique de la journée qui s'est déclenché sur mon passage,va savoir Charles.Cet évènement et d'autres bien sur m'on appris qu'il ne faut jamais perdre sa vigilance à l'attérro et qu'il faut piloter sa voile jusqu'au sol.

QUE FAIRE :

C'est un coup de malchance,au mauvais moment au mauvais endroit et comme l'air est translucide c'est difficile à prévoir donc de ce coté là rien à faire sauf à ne plus voler on est un jour ou l'autre confronter à ce genre d’évènement aérologique imprévu.

Le jour ou ça arrive il faut se recentrer sur les fondamentaux et les automatismes, piloter le tangage le roulis garder son cap et rester calme et enfin considérer ça comme un incident de vol prêt du sol donc sérieux.Depuis j'ai fais des centaines d'attérro sans problème.

Pas de trace GPS pour ce vrac car à l'époques nous n'en avions pas ou très peu de pilotes en étaient équipés.

Alain.


Revenir vers « Retour de vrac / accident »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité