descentes rapides...

discussion sur le GPS, sur un capteur de température à distance, etc...

Modérateurs : Philippe Cathagne, jeanmichelf, luc armant, BrunoD, WebMasters

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

descentes rapides...

Messagepar luc armant » Mar Fév 14, 2006 2:12 pm

En réponse à Jean-Michel qui me confiais:
"ça me rend fou de ne pas réussir à descendre, ca me rend fou de pas
pouvoir descendre en 360, ca me fait peur de pas maitriser ca ..."

- mon point de vue sur le sujet :

Faut pas trop s'inquiéter de ne pas un crack des descentes rapides. de toutes façon si tu as froid ou que tu as envie de pisser ou les deux, comme c'était ton cas samedi, les 360 ne sont vraiment pas une solution !

Personnellement, je ne suis pas encore sûr d'être capable de faire des descente très rapide en 360 en conditions réelles (mais j'y travaille un peu). Mais en +500 heures de cross dont un bon nombre en conditions instables, je n'en ai JAMAIS vraiment ressenti le besoin.

Pour moi, bien au delà de savoir descendre rapidement, le plus important est de savoir comprendre et anticiper en terme de déplacement horizontaux. il faut vraiment penser horizontalement plutôt que verticalement. ça monte ici, ça doit descendre quelque part plus loin, et j'y vais. ce qui est sûr: si ça monte ici, ça monte aussi dessous ! mais ça ne monte JAMAIS partout (sauf en cas de gros Cunimb avec aspiration centripète sur plusieurs km carré mais là tu as déjà anticipé et tu es posé et si t'es en l'air, t'es dans la merde, crack du 360 ou pas).

un conseil: ne fait pas les oreilles. profite d'être haut pour trouver l'endroit qui descend et reste-y. c'est plus confortable, tu n'abimes pas ta voile par le flappement répété des oreilles ou la centrigation des 360, tu améliore ta connaissance de l'aérologie en augmentant ton expérience et les zones explorées.

exemple: dans le cas du cheiron que tu as rencontré hier. t'as une crête plein sud plein face aux brises du loup, ça monte partout devant le relief. mais si tu t'en éloigne de quelques kilomètres, par exemple au dessus de Cipières, tu trouveras une belle dégueulante. c'est le pendant circulatoire de la grande zone ascendante du cheiron.

plus tard, quand tu sauras mieux localiser les endroit où ça dégueule, ça te permettra de voler plus loin ET de poser confortablement et rapidement...

On voit souvent des pilotes bourriner en 360 ou aux oreilles en plein milieu des zones montantes. Pour moi, c'est un peu comme le lièvre et la tortue. mieux vaut être au sol ou loin du gros nuage mais ne pas savoir descendre très rapidement que d'être dans l'aspiration d'un cunimb en formation en pensant savoir descendre très rapidement... :-)

Qu'en pensez-vous ?

A+
Luc

PS: Ha oui, un détail également. si tu n'en pas pas déjà une, procure toi une boussole (du type boule dans bain d'huile) et entraine toi à garder un cap rien qu'à la boussole. c'est au moins aussi important que de maîtriser les 360.

Revenir vers « Sujets techniques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron