Voler en EN B

discussion sur le GPS, sur un capteur de température à distance, etc...

Modérateurs : Philippe Cathagne, jeanmichelf, luc armant, BrunoD, WebMasters

Avatar de l’utilisateur
Olivier Rodde
Messages : 81
Inscription : Lun Jan 16, 2006 9:29 pm
Localisation : Antibes

Voler en EN B

Messagepar Olivier Rodde » Mar Août 30, 2016 11:25 pm

Salut,
J'ai eu à mes débuts une oméga 4 , voile de compétition à l'époque, qui avait 8 de finesse. Je volais dans le Cantal, je n'ai pas eu de soucis. Tant mieux mais profitons du progrès pour gagner à la fois en sécurité et en performance. Je vole aujourd'hui avec une Swift , EN B, qui a 10 de finesse !

Je suis totalement en confiance, et j'ai progressé dans ma pratique. Je n'hésite plus à accélérer et piloter aux C, même sur de bonnes abattées (pour le roulis j'ai des progrès à faire). Je suis plus détendu, mon esprit est plus disponible pour le choix de route, de nuage , ou simplement pour admirer le paysage.
C'est peut-être même pour ça que maintenant j'arrive à pisser, le sphincter moins tendu :)

La voile est très facile au décollage même par vent fort.

Et franchement pour voler dans les Alpes du Sud c'est largement suffisant. Si on ne fait pas de compèt et si on n'essaie pas de gagner la CFD, on peut crosser avec plaisir et plus! Et même dans le Cantal pour crosser vent de cul , c'est de la balle!
En plus c'est moins cher et ça se revend mieux.

J'espère aussi profiter de ce confort de vol pour me familiariser avec la haute-montagne qui est pour moi comme un ogre hostile. Genre survoler les 3 évéchés. Puis ...

Et puis il faut aussi que j'améliore ma vitesse moyenne en optimisant le temps passé à enrouler. Quoique je kiffe trop enrouler: je suis un oiseau, c'est magique, et le paysage défile à 360°. @Bruno: faudra me réexpliquer comment enrouler aux C, j'arrive pas à gérer l'extérieur.

Et quand je serai enfin bon, mais déjà vieux, peut être que j'achèterai une A!

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Mer Août 31, 2016 3:47 am

Merci de partager tes reflexions Olivier.

Ci dessous un post que j'ai ecrit l'annee derniere sur le forum d'ESI, ca parle un peu de la meme chose...

Hiver 2002

J'ai terminé ma coopé depuis peu, on décide de partir une semaine au ski à Barcelonnette avec mon frèro.
A qqes jours de partir, on a un gros pb: y'a pas de neige, que faire ?

Depuis gosses on a toujours été émerveillé par les parapentes. La première école qu'on appel à Albens à un créneau de dispo pour la semaine, feu.

2004

Depuis notre stage on a choppé le virus et j'ai déménagé sur Nice, je suis au club "au gré de l'air".
Dans ce club, il y a un certain Luc Armant, déjà très bon, ses vols nous font rêver.
Luc est un excellent pilote mais aussi qq'un de très sympa qui aime faire partager sa passion.

Mais je ne pas l'impression que les cross me seront accessibles un jour, l'apprentissage est long:
- les premiers thermiques un peu turbulents,
- la premiers gros gains d'altitude (au début c'est sympa mais après j'ai vite envie de trouver un coin où ça descend),
- les premières vaches,
- la découverte de nouveaux sites: Lachens, Bleine, Saint André, ...

2005

Super ambiance dans le club avec Luc, JP, Romu, Alain, Olivier, Bruno, Nicolas, Thierry, Pierre, Butcher et tous les autres.
Je prends beaucoup de plaisir dans ma progression, j'apprends énormément de chose à chaque vol, c'est les premiers cross.

fin septembre 2014 (Je prends des raccourcis sinon ce serait vraiment très long)

On est de retour sur Grenoble depuis fin 2010.
Je fais toujours du parapente, j'enchaîne les saisons avec plus ou moins de réussite.
A cette époque là la "réussite" pour moi se mesurait surtout en points CFD, je volais mais sans trop de motivations.

Fin septembre je décide d'aller découvrir un autre site le Jas d'Auris, c'est paumé je serai tranquille pour me faire un petit vol d'automne.
Je suis impressionné par le nb de pilotes à l'atterro. Des gens très sympa avec qui on s'organise une navette.
Je décolle en premier (comme souvent), ça tient bien et c'est parti pour quelques heures en l'air dans une aérologie sympa.
De plus en plus de voiles en l'air, on doit finalement être en 20 et 30, je ne m'attendais pas à ça !

Je crois que c'est à ce moment là que Léo m'a contacté pour me vanter les mérites d'ESI.

Début octobre, je rejoins la troupe à Entraigues pour un vol du Colombier.
L'ambiance est très sympa, on se fait une jolie ballade et on termine la soirée à boire des canons dans un bar à La Mure, l'ambiance me plaît bien !

printemps 2015

Cette saison je suis disponible, ça veut dire que j'ai du temps mais surtout que je suis disponible mentalement pour faire des beaux vols,
sans être pollué par le boulot ou autre en l'air.

Pour mon deuxième vol, je fais un triangle Bastille - Dent du Chat - Brame-Farine.
J'en rêvais depuis longtemps et le plaisir est intense dans la dernière glissade vers Lumbin.

Ensuite on enchaîne quelques cross supers sympas avec les furieux d'ESI que j'apprends à connaître: Léo, Chien, Skwal, Gros stof, Tof prez, Fayard, Yo, Laurent, Jacquouille, ...
(Je suis un peu perdu avec tous ces surnoms au début).
Les vols sont sympas et l'organisation est au top, y'a toujours qq'un pour faire la nav, ramener la voiture et comme dans Astérix, ça se termine toujours dans un bar à la fin !

Je crois que je n'avais pas pris autant de plaisir en vol depuis longtemps, la motivation est au sommet.
S'il m'arrive de poser trop tôt (à Chamrousse en arrivant des Richards ou au pied des 2 soeurs au départ de Prélenfrey), je me dépêche de remonter sur un déco pour re-décoller.
J'ai la chance de bosser seulement 4 jours par semaine, je veux profiter à mon de ma journée libre.

25 juin 2015

On décolle du Moucherotte avec Yo pour un joli vol.

Au déco le vent est de face. C'est très bien pour le déco qui est exigu et raide mais ça veut dire qu'on fera le début du vol sous le vent.
On arrive à rester au niveau des crêtes et comme attendu, le passage des venturis du col de l'Arc puis du col Vert sont très désagréable,
l'ouest rentre et on se fait décaler / brasser. J'hésite à prendre la radio pour dire à Yo qu'on est pas super bien placé mais bon il ne dit
rien donc on continue, je serre les fesses. Je pense que tout seul je serai aller poser.

Après les 2 soeurs, on monte finalement au nuage. L'influence de l'ouest n'est plus gênante, on s'amuse avec les nuages, retour du plaisir.

On finira le vol au pied du Queyrel. Forcément un peu déçu mais le vol était grandiose.

En rentrant le soir, je regarde le live tracking. Seb Fiastre a décollé du St François Longchamp et s'est fait posé sous le pas de la Coche.
Zoom sur la trace, il a bien posé dans l'herbe sous le col, il a juste du se faire piéger par la brise.

Le lendemain matin, je fais un petit tour sur la liste de diffusion de la ZIRST de Meylan. Qq'un a posté un article du dauphiné: un parapentiste
de 45 ans parti du col de la Madelaine a impacté au dessus du Rivier d'Allemond. Je fais tout de suite le rapprochement avec la trace de Seb
que j'ai vu la veille au soir. J'avais connu Seb en début de saison avec Laurent lors d'un vol au col de Tamié. Je n'ai pas le numéro de Seb alors
j'appel à droite à gauche pour essayer d'avoir des infos, c'est bien lui.

Je passe le voir l'aprem au CHU, il a souffert et souffre encore, le bassin en plusieurs morceux mais il a le moral, content d'être vivant.

Ce vendredi soir, on descendait à Nice avec Carine. Je crois que je n'ai pas du décrocher un seul mot du trajet. Je condusais en mode pilote auto,
absorbé dans mes pensées. Dans ma tête je faisais l'inventaire de tous les potes qui ont cartonnés, la liste est impressionnante. J'avais les yeux
humides. J'étais au bord d'exploser en larmes pendant tout le trajet. Je cherchais tout se que je pouvais faire pour que Seb soit le dernier de mes
potes que j'aille voire à l'hopital.

Puis vers la fin du trajet j'ai trouvé un début de solution: depuis plusieurs années je parle de passer sous une voile B. La différence de perf est
négligeable et la marge de sécurité est plus importante. Même si cette idée me trottait dans la tête depuis plusieurs années, j'avais toujours du
mal à concrétiser. Surtout cette saison, je volais bien, je me disais que peut-être ma prochaine voile serait encore un C.

Du coup c'était décider, je contacterai Luc pour qu'il me prête une Rush ou une Swift. Chose faite le samedi matin, Luc avait une Rush4 à me prêter.

Retour en 2006

J'ai commencé à crosser en 2005 avec des vols de ~100kms.

Je n'était plus un piou-piou, je rentrais dans la cour des grands.

Comme Luc volait déjà très bien depuis plusieurs années, je lui ai demandé s'il pensait que j'avais le niveau pour passer sous une C.
Je m'attendais à une réponse oui / non. Sa réponse a été plus subtile, il m'a dit qu'il ne connaissait pas mon niveau ni mes envies et que
c'était à moi de décider en sachant qu'une C serait plus exigeante.

En tout cas ce n'était pas un "non", donc j'ai acheté une Sigma 6. Pour moi c'était un peu une consécration, je devenais vraiment un pilote de cross !

Les années suivantes il m'a toujours fallu du temps pour me faire à la S6 en début de saison. Ça bougeait un peu trop.
Et puis je m'y suis fait. Avec le recul je pense que j'ai changé de voile trop tôt.

juin / juillet 2015 - essai de la Rush 4

J'ai de la chance, la semaine s'annonce très bonne pour essayer la Rush. Le mardi s'annonce spécialement fumant.

Du coup je pars pour un petit vol à Saint Hilaire le lundi, histoire de prendre un peu la voile en main et de régler l’accélérateur pour le lendemain.
Je pensais voler une petite heure... Finalement je trouve la voile super sympa et j'ai pas envie d'aller poser, je finis à Chignin.

Mardi, je pars du Moucherotte pour essayer de boucler le triangle par le sud. Le début de vol est laborieux, je me refais deux fois à la Ferrière.
Je me sens super bien sous la voile, mieux que sous mon Aspen 4.

Vendredi, je pars découvrir le col des Faïsses. J'ai la chance de sortir assez tôt pour partir vers le sud alors un banc de cirrus arrive. Il donnera qqes gouttes de pluie vers le Pic de Burre,
domage, j'aurais bien continué encore.

Je devais rendre la voile à la fin de cette semaine mais je négocie une prolongation avec Luc, je dois passer quelques jours avec José à Saint André la semaine suivante.

Je reste lundi et mardi à Saint André. On fait 2 beaux vols avec José.

J'ai bien pris le temps d'essayer cette Rush 4 et ce sera surement ma prochaine voile (en fin se sera surement la 5 d'ici min retour).
- Le virage est plus agréable que sur mon Aspen 4 (enfin ça doit dépendre des voiles, les C modernes ont surement un virage aussi sympa).
- Au niveau des performances, je n'ai pas jugé de différences. A priori la différence n'est pas très grande (dans un sens ou dans l'autre d'ailleurs). A mon avis, si différence de perf il y a, ce n'est pas important: dans TOUS les vols où j'ai posé trop tôt, la voile n'était pas en faute. C'est plutôt que j'avais pris une mauvaise trajectoire ou alors que j'avais négligé de faire le plaf avant de partir en transition.
- J'ai pris plus de plaisir à voler avec la Rush que je n'ai de plaisir à voler avec mon Aspen et ça vaut toutes les différences de performance. Je m'en suis rendu compte quand j'ai commencé à voler sous la Rush mais surtout quand j'ai repris l'Aspen.

Peut-être un petit bémol à voler sous une voile plus "facile": il ne faut pas se croire invincible et se mettre dans des conditions trop fortes (trop de vent, sous le vent, ...). Perso je commence à avoir qqes années d'expérience et je pense que je ne tomberai pas dans ce piège mais il faut quand même en avoir conscience.

Bon je vais m'arrêter là pour aujourd'hui, les qqes messages que j'aimerai qu'il reste de ce post:
- J'ai vraiment passé une super saison avec vous, merci pour ces moments (et ces bières) partagés,
- Pour les jeunes pilotes: ne vous précipitez pas pour passer sous une voile C. Il est possible de faire 200 bornes sous une B aujourd'hui et à mon avis une C est inutile (ou parfois néfaste pour la progression) avant d'avoir voler plusieurs fois 150+ kms et d'utiliser régulièrement l'accélérateur,
- Pour tous les pilotes: il faut garder en tête que le plus important c'est le plaisir du vol. Les points CFD c'est bien mais c'est secondaire. J'ai pris beaucoup de plaisir cette saison à découvrir de nouveaux déco et de nouveaux parcours (et j'espère bien pouvoir faire ce fichu triangle depuis le Moucherotte à mon retour).

Bon j'ai trop écrit et j'ai la flemme de relire ajd'hui, j'espère que je n'ai pas dit trop de conneries, je relirai plus tard...

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Re: Voler en EN B

Messagepar luc armant » Mer Août 31, 2016 10:09 am

super ce partage Olivier et Vic. Vous êtes mes héros.

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 335
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Re: Voler en EN B

Messagepar Philippe P » Mer Août 31, 2016 6:05 pm

A oui!!
B C sûr,
D le début, ce post m'a attiré...

Pour compléter ces commentaires avec lesquelles je suis complètement en accord, il y a deux autres facteurs que je rajouterais:
1- Le plaisir de la glisse;
2- L'ego.

1- Le plaisir de la glisse: mes premiers vols, sous voile A (je ne sais même pas laquelle... :oops: ), j'ai eu une impression de glisse dans le ciel incroyable! Bien supérieure à l'impression que j'avais en poussant des gravas dans ma brouette quand je restaurais ma maison. Ensuite, j'ai acheté une B (Fides 2 pourrie d’occase, puis Ion2 light neuve), parce que ça fatigue les épaules, de tirer comme un âne sur les commandes d'une voile école. Et ça volait encore mieux à chaque fois: plus vif, plus "léger". Et si j'en crois les copains qui ont goûté à "mieux", ma Ion2 light, c'est un bulldozer...
Donc si je vise plus haut, ce sera mieux, et toujours mieux.
On dirait une démarche de junky, un peu, non?
Alors j'arrête.
Au moins jusqu'à ce que, dans toutes les conditions où j'accepte de voler, ce soit moi, et pas la voile, qui décide de ce qui se passe quand arrive la turbulence de l'année...

2- L'ego: soyons honnête, il n'est pas négligeable dans cette escalade!! Si je n'avais pas un ego surdimensionné, jamais je ne volerais sous une Ion2, aussi light soit-elle! En effet, comment pourrais-je garder la face sous mon Enzoboom99 à chacune de mes vaches après quelques kms de rape-la-pente?? Avec ma Fion, c'est fastoche: c'est pas ma faute, c'est celle de la voile: c'est un putain de bulldozer, tout le monde sait ça...

Mais inversement, les mutant(e)s qui se promènent apparemment sans problèmes des heures durant dans des conditions fortes à très fortes sous des lames de couteaux affûtées à un point tel que la plupart d'entre nous nous couperions un doigt en quelques minutes avec, que viendraient-ils(elles) faire sous des B???

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Mer Août 31, 2016 6:59 pm

hein - a mon avis c'est un mythe, des voiles sont plus ou moins legeres a la commande mais ca depend plus du design que de la categorie (sauf peut etre pour les A et moins, pour raisons de securite). Un peu comme celui du gars qui essaye une nouvelle voile et qui dit "ca plane trop bien" avec une difference de finesse de 0.5. Mais tu ne vas non plus dire le contraire pour rejoindre ton de.

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1893
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Re: Voler en EN B

Messagepar BrunoD » Mer Août 31, 2016 7:06 pm

B, A, C, D... Faut pas oublier que nos chiffons se chiffonnent s'il y a un peu de turbulence et que personne ne tire en cadence sur les bonnes ficelles. Le parapente, c'est dans la tête, comme dit à juste titre l'ami JPT. Si la lettre B vous rassure plus que la lettre C faut pas hésiter mais suffit de faire un tour en planeur pour savoir que, si on veut quelque chose qui résiste à la turbulence sans avoir le pilote adéquat, le parapente n'est pas la bonne réponse.
Vraiment Luc, tu y crois àcette différence entre B et C de façon absolue, sans présumer de quelle B et de quelle C on parle (ceci pourrait déjà faire 5 pages sur un autre forum)?
Je parie que la différence entre B et C peut être aussi fine que 5km/h de vent le jour du test d'homologation. Ai je raison cher ami ?

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Mer Août 31, 2016 9:21 pm

Bruno,

Comme souvent je comprends pas vraiment ce que tu dis - mais ca veut pas dire que tu n'as pas raison !

On a l'air d'etre d'accord sur le fait que la psychologie joue beaucoup et etre plus serein ne peut que t'aider a tirer les bonnes ficelles.

La ou on semble moins d'accord c'est le fait que voler sous une B te permette d'etre plus serein (sans rentrer comme tu dis la debat sterile fausse B, vaire B, ...) ? un retour d'xp ?

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1893
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Re: Voler en EN B

Messagepar BrunoD » Mer Août 31, 2016 10:18 pm

Je veux dire que si une B permet de survivre à une turbulence donnée (sans fermeture ou avec vrac maitrisable) de 1, une C résistera peut-être à 0.98 pour un même pilote alors qu'un planeur résistera à 100.
Le tout en sachant qu'on passe notre temps dans du 0.9 dans les Alpes du sud quand on fait attention à l'aérologie. On peut donc être plus rassuré avec une B mais pas tellement plus qu'en C et, en tous cas, si tu décides d'aller 'par là juste parce que c'est joli' sans tenir compte comme il faudrait de la combinaison relief aérologie, tu vas dépasser la limite très vite avec n'importe quel parapente. Le parapentiste ne survit que s'il est expert et le degré d'expertise, pour une B ou une C, est à mon avis très proche. À mon avis, le problème n'est pas là et il ne faut pas qu'un non expert pense être en sécurité en parapente chez nous, qu'il achète une A, B, C ne change presque rien (je ne parle pas de vols hors turbulence où un parapente volerai très bien sans expert aux commandes).
D'après moi, donc, le seul intérêt de voler en B est pour un gars qui pense que cela va l'aider à être plus serein au moment où il doit utiliser le maximum de sa science. Mais suivant la psychologie du pilote, cela peut tout aussi bien lui donner l'idée d'aller dans une zone plus turbulente que ce qu'il aurait fait en C et, dans ce cas, il y a fort à parier que la différence d'aile sera largement compensée par la différence de turbulence puisque la différence due à l'aile est, pour moi, très faible sur le résultat.
J'aimerais que Luc confirme à quel point la même aile peut être en B ou C pour une petite turbulence en plus lors des tests (ce sera mieux s'il le dit et nos conversations étaient plutôt le fait de passer en D ou pas donc je ne suis pas tout à fait certain que 5 km/h au test peut faire passer de B en C).
(Cher Victor, quel plaisir de te lire, je regarde toujours avec envie vos post sur facebook)

Avatar de l’utilisateur
jv
Messages : 217
Inscription : Jeu Oct 10, 2013 1:53 pm
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar jv » Mer Août 31, 2016 11:38 pm

Je peux dire un truc??

Un vrac c'est une inadéquation entre le pilote, la voile et les éléments... Quand on est clair avec ça ça marche... Il y a des tops pilotes sous des C (Mathis, Tom), il y a des top pilotes sous des B (NicoFion) et il y a des top pilotes en CCC (Luc, Hono).

Mon dernier vrac, je n'étais carrément pas bien du tout dans ma tête ce jour là à cause des soucis persos et clairement sous le ptv de la voile pourtant dans une aérologie pas si mauvaise, a eu raison de mon pilotage inadéquat dû à ma viscosité mentale... C'était le pilote en tord, ni la voile (j'aurais du être au courant de mon ptv) ni l'aérologie.

C'est con mais du coup je vole sous 4 voiles... B, C, D, CCC. C'est p'tre du luxe mais quand je vais super bien, que les conditions semblent top (C'est à dire correspondant à mon envie du jour) au moins je me fais toujours plaisir.

Dans plein de sport on prend du matériel qui correspond à l'usage (bateau, planche, kite), on prend une voiture ou un vélo selon notre envie (hors terrain, piste, aller chercher le pain).. et je pense que tous les pilotes cherchent une voile qui fait tout et du coup se frustrent de tout ou utilisent des outils inadéquat selon la situation. En kite, si tu as du vent, je ne pense pas qu'il y ai beaucoup de pilotes qui prennent leur "unique voile" pour aller se faire expulser, cette même voile choisie pour "optimiser les petites conditions" ... il n'y vont pas et attendent.

Ma gamme perso:
B (a en 23): 19m², 2.35kg, idéal vent fort en rando avec conditions "inconnues", juste en string... nuit, jour, cul.. ça marche.
C: 25m², 5.2kg Idéal pour aller voler quand je ne me sens pas au top ou des conditions trop fortes annoncées ou avérées. C'est pas fun, je ne me sens pas plus en sécu mais je sais que c'est la voile qui va me procurer la marge nécessaire.
D: 23m², 3.2kg Rando, usage en conditions bien pourries pour la rando "beau vol". la voile que je maîtrise le mieux et qui me procure le plus de possibilité technique. mais fragile à l'usage.
CCC: 20.3m² pour ptv 92kg; usage uniquement quand je me sens "au top" avec des conditions "acceptables". grosses marges et posé souvent rapide si j'ai le moindre doute... là c'est juste du luxe mais voler en ferrari.. ben... c'est bon... c'est addictif malheureusement mais je ne fais aucune concession sur mes doutes: 1erdoute= posé. C'est le jeu avec cette voile.

Voilà juste mon point de vue. on devrait juste avoir une "gamme de voile" pour rester e nsécu selon ses envies et de les assumer... les sites d'occasions regorges de voiles et la vie vaut bien plus que quelques économies.

Les pilotes prennent souvent des voiles qui correspondent à leur potentiel "maxi et souhaité" mais malheureusement, on a pas tous un mental d'acier tous les jours et une aérologie au top tout les jours. Mais on a pas envie de se faire chier non plus sous une bâche classée A.
On pourrait tous voler sous des A en essayant de se persuader que c'est la bonne méthode pour ne pas mourir de notre activité... mais bon.. et le plaisir là dedans...
Le petit frisson d'adrénaline qui nous donne l’impression de vivre un truc de dingue... Même avec une A nous serions assez cons et drogués pour aller se jeter sous les cunimbs en se disant que du coup ce n'est pas grave... juste pour avoir ce petit truc en nous.. le frisson du plaisir de vivre.

voilà :) c'est tout. Bons vols :)

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Mer Août 31, 2016 11:50 pm

Tout le plaisir est pour moi !

Mais Bruno tu le sais, tu es "different". Tu es le pilote le plus analytique que je connaisse, le seul qui vole a .9, .98 ou 1 Dijol. Les autres expriment simplement qu'ils sont bien ou (generalement repriment) qu'ils sont moins bien.

3 exs:
- moi: j'avais achete un sky apres ma sigma. La voile etait malsaine (ou pas adapte a mon niveau)> pour des raisons financieres (ou d'ego) je me suis force a voler dessous (ou ...) pendant 1 an. Mon seul plaisir avec cette voile etait de poser. J'ai fini par reprendre ma sigma, il m'a fallu + d'un an pour retrouver la serenite d'avant.

- pendant ma derniere annee a Gre j'ai consacre pas mal de temps au parap. Un gars etait toujours hyper motive pour venir voler et s'arrangeait toujours avec le boulot. Il venait de passer sous une C. Sa motivation est passe de 200% a 0 au cours de l'annee. A la fin il ne bossait plus mais il n'avait plus de temps pour venir voler ! Personne ne lui a conseille de repasser sous une voile plus "sage" , ego ? (Il l'a fait cette saison et je revois pas mal de ses vols a la CFD).

- Retour vers le Vercors a la fin d'une journee de cross avec ESI. Au dessus du Gd Colon avec 2 autres pilotes, d'un coup je vois un pote descendre a la verticale en decro, mains sous le cul. Il a perdu + de 300m avec la voile sur la tete. Je discute avec lui le soir: il avait peur que la voile shoote s'il relevait les mains. Il a fait plusieurs SIV mais de peur a toujours refuser de decrocher sa voile. Est-ce qu'il avait le besoin et le niveau de voler sous une D ?

Bref tout ca pour dire que la psychologie / serenite est de la securite passive.

Il n'y a malheureusement pas de solution universelle. C'est a chacun de trouver ce qui marche pour lui mais c'est tres bien d'ouvrir le debat !

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Mer Août 31, 2016 11:55 pm

JV,

Je suis sincerement imteresse de comprendre pourquoi tu voles sous une CCC ? Quel plaisir y trouves tu ?

De mon cote, un peu comme Olivier, je prends mon pieds en haute montagne et en decouvrant des coins inconnus.
De memoire je pense jamais avoir ete limite par mon aile...

Avatar de l’utilisateur
Julien
Messages : 274
Inscription : Jeu Jan 11, 2007 5:50 pm
Localisation : Mandelieu

Re: Voler en EN B

Messagepar Julien » Jeu Sep 01, 2016 2:27 am

Au risque de parler de choses que je ne connais pas, n'ayant jamais volé sous une C ou plus... Ce que je peux dire, c'est que je m'éclate bien sous ma Swift 4, je continue à apprendre, à découvrir de nouvelles lignes, à prendre toujours plus de plaisir, en essayant de ne pas trop me focaliser sur la performance et les points CFD (bien que la progression soit un moteur humain naturel).
Plusieurs vols cette année m'ont procuré des moments de bonheur intense, lorsqu'enfin pendant le vol on peut relâcher un peu sa concentration, profiter du paysage et de la glisse, se sentir dans son élément, comprendre pourquoi on vole... Tout ça pour moi vaut tous les points CFD et n'est pas conditionné par une catégorie d'aile ++.

Bruno, la réflexion initiale du post ne me paraît pas être "faut-il changer d'activité ?" même si je conçois qu'on puisse se poser la question (ton choix - qui n'est pas critiquable - s'est porté sur le planeur, qui n'est pas dénué de risques également, y compris sur le plan du facteur humain), mais plutôt "que puis-je faire pour voler un peu plus en sécurité sans sacrifier mon activité favorite ?".

La démarche d'Olivier et Victor me semble pertinente, et sans doute salutaire pour une certaine catégorie de pilotes.
Alors oui, une EN B reste un chiffon, il ne faut pas s'enflammer parce qu'on a une EN B et qu'on pense que rien ne peut nous arriver. Les exemples de vracs sont nombreux en B aussi.
Comme Philippe, je pense que l'égo (ou peut-être le besoin de reconnaissance) est notre meilleur ennemi. Il peut nous emmener plus loin, mais aussi nous faire prendre plus de risques, et transformer le plaisir du vol en frustration lorsqu'on fait moins bien que les autres ou que ses précédentes performances. Au contraire, passer d'une EN C à une EN B dénote plutôt une prise de recul plutôt que la recherche inconditionnelle du "toujours plus".

Comme le dit le Victor de 2006, on a parfois l'impression qu'il faut voler en C (ou plus) pour être considéré comme "un vrai crosseux". Me voulant un peu crosseux quand même, je ressens également une certaine "pression du groupe" (d'autant que je vole encore sans cocon), vu que dans le cercle des crosseux, le modèle dominant est de voler en C ou plus, et bien sûr en cocon.
Merci Olivier et Victor pour votre témoignage qui a au moins le mérite de rappeler qu'on peut aussi adopter un autre modèle et voler avec un peu plus de marge sous une EN B, et souvent se faire plus plaisir.

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1893
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Re: Voler en EN B

Messagepar BrunoD » Jeu Sep 01, 2016 7:56 am

Salut Julien, que j'aurais aimé faire ton dernier vol depuis l'Agnel...
J'avais cru que le sujet était 'est-ce qu'en en B je ne serais pas beaucoup plus en sécurité tout en pouvant faire à peu près la même chose ?
Pour moi, on peut faire la même chose en B mais on n'est pas beaucoup plus en sécurité du fait de ce seul facteur. Il y a des gens peu expérimentés qui nous lisent, il ne faut pas laisser croire que la voile est un facteur majeur de la sécurité (à mon avis). Cela dit, le parapente est une activité très sûre, je la compare à la voile pour les gens qui me le demande : tout dépend des conditions, sauf que les conditions sont plus faciles à évaluer en voile pour des néophytes.

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Voler en EN B

Messagepar Benoit 2R » Jeu Sep 01, 2016 11:18 am

Très sûr, je ne dirais pas ça, c'est quand même le seul aéronef qui se disloque à la moindre turbulence. Et faisant partie de la commission sécu, quand je vois qu'il y a en moyenne 1 accident grave par jour l'été, je me dis que les pratiquants devraient peut-être prendre conscience que c'est une activité dangereuse en conditions estivales.

Pour en revenir au sujet : A, B, C ou D, je ne crois pas qu'il faille compter que là-dessus pour assurer sa sécurité. Il faut voler avec une voile sous laquelle on est serein en toutes conditions, ça c'est une évidence mais le plus important c'est de voler dans des conditions dans lesquelles ont est certain de rester serein sous sa voile. Perso, je reste admiratif (voire dubitatif) de bon nombre de pilotes car il y a nombre de jours où je vois des traces CFD alors que je n'oserai pas sortir mon matos. Je suis surement un peu poule mouillée mais dès que j'identifie un risque dans les prevs, ça m'empêche de voler serein et me coupe tout plaisir.

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Re: Voler en EN B

Messagepar luc armant » Jeu Sep 01, 2016 11:50 am

cool, le forum revit !
les sages ont parlé, je n'ai pas grand chose à ajouter.
Je dirais simplement ce que tout le monde sait déjà:
1- le parapente c'est une activité formidable et unique mais dangereuse. Il n'y a qu'à compter le nombre de mecs expérimentés qui ne se sont jamais écrasé.
2- plus l'allongement de la voile est faible (à autres paramètres de design égal), plus grandes sont les chances de ne pas se faire déborder (sauf si on en profite pour s'exposer davantage). en échelle Dijol, j'ai un peu de mal à mettre des chiffres, désolé. Les lettres A B C D, c'est pas mal aussi mais c'est pas suffisant (ex: Victor avec la Sky par rapport à la Advance, pourtant toutes deux ENC). Le descriptif de la voile par le constructeur, c'est bien aussi (un constructeur qui a une gamme complète a intérêt à vendre ses voiles aux pilotes adaptés).
3- une bonne EN B est assez performante pour boucler un triangle de 300km (avec un très bon pilote et de très bonnes conditions). Donc, désolé pour ton ego, Philippe, c'est bien toi le boulet, pas ta voile, mais c'est normal, c'est en volant qu'on apprend ! ;-)

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Jeu Sep 01, 2016 5:44 pm

JV: j'ai reflechi a ma question et je crois que j'ai compris qu'il y a des choses que je ne peux pas comprendre, comme la ferrari. On a tous des aspirations differentes, c'est ca qui est interessant.

Bruno: je crois que ce qui me derange dans tes posts c'est qu'il est trop facile de lire que de toute facon on est doomed, autant prendre une D.

Ben: Tu as mis le doigt sur un point: s'il suffisait de lire le manuel du parapentiste et de faire un SIV pour ne pas faire de crash ben on ne serait pas la à discuter. Mais bon comme il faut bien se distraire au boulot, ce debat est sympa.

Luc: 19.5/20 - J'peux pas mettre 20, faudrait que j'ouvre un autre post pour me justifier.

Avatar de l’utilisateur
Victor
Administrateur - Site Admin
Messages : 986
Inscription : Mer Jan 04, 2006 10:37 am
Localisation : Sunnyvale
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar Victor » Jeu Sep 01, 2016 7:56 pm

Moi president de la FFVL, j'interdirai les accidents et les burkd

Avatar de l’utilisateur
Benoit 2R
Messages : 50
Inscription : Sam Jan 03, 2015 9:51 pm
Localisation : Vallauris

Re: Voler en EN B

Messagepar Benoit 2R » Jeu Sep 01, 2016 8:29 pm

Et bien, reste plus qu'à te présenter lors de la prochaine AG, il est prévu un renouvellement du bureau directeur :wink:

Avatar de l’utilisateur
Olivier Rodde
Messages : 81
Inscription : Lun Jan 16, 2006 9:29 pm
Localisation : Antibes

Re: Voler en EN B

Messagepar Olivier Rodde » Jeu Sep 01, 2016 9:43 pm

houlala! Quelques réponses / corrections :)

@Victor: je n 'aime pas la haute-montagne j'en ai peur ! Je n'ai pas du tout la culture, je n'y vais jamais. Mais j'espère surmonter ça et y voler un jour. Et je voulais aussi dire qu' on peut toujours se trouver des objectifs réalisables, quelque soit la voile. Et donc Luc vient de m'ajouter un triangle de 300 km comme objectif !!!!
@JV: c'est vrai que volant dans le Cantal et ici , j'aurais bien gardé ma Delta2 ( la meilleure voile que j 'ai eue) pour le Cantal. Mais bon je vole pas assez pour justifier 2 voiles ...
@Bruno, il y a une difference entre une B et une C, entre une Delta2 et une Rush/Swift4. La B est plus facile à piloter. A commencer par le décollage par vent fort, rien à voir . Et après 2 ans d'expérience avec la Rush et la Swift, elles sont plus faciles à gérer que la Delta2. Je ne crains pas la turbulence. Je ne fais pas des choix différents parce que je sais que mon aile est une B ou une C.
Tu ne me comprends pas. C'est pas le pilote lambda qui se dit que s'il a une B il va pouvoir passer partout. C 'est le pilote Olivier avec 22 ans d'expérience qui veut voler sereinement dans les conditions et lieux où il a l'habitude de voler, sans jamais penser au secours ni même serrer les fesses.

Avatar de l’utilisateur
pasc
Messages : 1292
Inscription : Sam Mai 13, 2006 2:49 pm
Localisation : nice port
Contact :

Re: Voler en EN B

Messagepar pasc » Jeu Sep 01, 2016 10:26 pm

L'année dernière Luc m'avait prété une Enzo 2 pendant 1 mois.

Ce qui me reviens :

- + 10% de stress en continu rien que sur le fait de savoir qu'il faut pas se prendre une grosse fermeture
- 1 grosse fermeture (frontale), très bien gérée (pas dis que ce soit reproductible 3 fois de suite) = perdu plus de 50m
- 1 énorme serrage de fesse dans le thermique fortissime du "pain de sucre" (Barcelonette) où JPT a fait un mythique 4600 (un très très gros jour)
- 2 vols à Ivrea dans des conditions assez turbulentes, dont 1 ou je pose avant de faire demi-tour, d'un melange de peur/fatigue. Posé bien difficile.

Conclusion d'alors :

- je vole pas assez pour être en sécurité la dessous
- pas envie de voler davantage juste pour se mettre au niveau d'une aile
- je pourrais faire le kéké mais il faudrait me contenter de vols de merde écourtés ou des vols sur les autoroute (et ça c'est inimaginable !!!)
- à mon niveau technique, ca plane trop pour vacher à peu près safe
- je préfère les vols où c'est l'itinéraire/l'aerologie qui rendent le vol exigeant plutôt que des vols ou c'est l'aile qui rend le vol exigeant
- je m'en fiche un peu des km, donc foncièrement pas trop d'intéret

je pense que c'est les memes elements qd le dilemme est B vs C ou C vs D

PS : Vic elle date de quand ta photo ? (je me permets car tu avais fait la même à JMF ;) )


Revenir vers « Sujets techniques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron