test ozium Ozone, cocon light

discussion sur le GPS, sur un capteur de température à distance, etc...

Modérateurs : Philippe Cathagne, jeanmichelf, luc armant, BrunoD, WebMasters

Avatar de l’utilisateur
jv
Messages : 223
Inscription : Jeu Oct 10, 2013 1:53 pm
Contact :

test ozium Ozone, cocon light

Messagepar jv » Jeu Mars 06, 2014 12:55 am

Testé: Ozium taille MS

Cette sellette est un cocon light d'ozone sans planchette.

Elle est "mixable" avec 2 "assises" en M et L et 3 cocon S, M, L, perso, pour 1.72, Pod M et cocon S, je trouve le cocon M un poil long pour moi.

Look: super, mais le cocon ne ferme pas super bien en bout de cocon selon la tension, sur le portique il était superbe et parfait.. donc à voir par la suite pour la bonne mise en place.

Protection : Mousse bag homologué sous les fesses... semble très bien, bien mieux que sur la lightness. Mais nous sommes bien dans du light, rien de plus en protection.

Confort: Très bon, en vol, il y a de la place dans la sellette pour se "tourner dedans" afin d'optimiser le virage. Planchette de nez très agréable même avec les parties ajourées. Plus stable que la lightness advance, moins stable (car trop stable) que la delitgh sup'air. On peut facilement prendre l'accélérateur sans déformer le cocon... Impossible de prendre le cocon avec les pieds sans la main mais je ne trouve cela pas grave, on peut très bien attendre dans la sellette sans le cocon sans se transformer en eunuque.

Le cockpit est pas trop naze mais sans plus (lightness un vrai raté) bénéficie d'une astuce pour le tenir à la mise en place.. c'est pas abouti, je trouve que c'est un peu bricolage.

Les réglages: N'y pensez pas, elle est très bien dès le départ et heureusement car pour modifier les réglages, il faut démonter des noeuds et les refaire, un calvaire...
C'est con, une modification qui prends quand même bien 40min pour retourner les suspentes de réglage permet de faire un réglage fin très facilement... (un petit loupé aussi sur ce coup)

Rangement: Poche sous-cutale et poche dorsale, un volume assez agréable, plus grand que la lightness. 2 poches latérales non fermées.

Secours: Dorsale, la mise en place est très bonne même si je trouve la poignée un poil trop sur le haut de l’appui costale mais il semble trè bien sortir, attention petit volume!

Matière: Alors, à croire qu'un commercial est passé chez tous les fabricants de sellette cocon "light".Le tissu du cocon est particulièrement fragile mais on le trouve maintenant sur l'ensemble de toutes les sellettes de ce type! Donc, forcément, à par la ligthness qui bénéficie d'un tissu particulièrement résistant, tous les autres modèles sont de même facture: fragile.
Le tissu est très fin, il laisse passer l'air et du coup on perd de l'efficacité thermique, dommage, ils n'ont pas prévu que l'on puisse faire du vol en hiver avec???? Comme expliqué au dessus... toutes les marques passent maintenant par ce tissu, je trouve cela dommage.

Essai en vol: Très confortable, bon virage, pas trop d'instabilité mais précise, au bout de 4h pas de soucis pas mal au mollet ni au genoux, le cocon est très bien calé dans sa position "tendue", cette position est presque parfaite.

Les poches latérales pour mettre sa nourriture ok, évidente, manque une poche radio! La poche dorsale pour mettre une poche à eau super avec le passage du tuyau très accessible.

Morale: Du super bon et du bof, une poche de secours géniale et à côté de cela un raté sur les réglages, un dessin de cocon superbe très droit et un tissu trop light... Les autres marques ne font pas mieux pour le moment, sauf la lightness qui était parfaite pour moi (et Tom, Benoit, Zeb..) mais trop instable pour la majorité ds pilotes.

Les "cocons light" ne sont pas encore aboutis et les marques proposent des produits très innovants dans les idées mais.. brouillon... mais l'avenir est dans ces produits, la futur Kolibri de Kortel sera un poil chère (240 euros de plus que l'Ozium..) et sans sac (l'ozium dispose d'un sac en option, l'ensemble est équivalent à la lightness qui sera remplacé par la 2 cet été), un produit très abouti mais qui comporte aussi des défauts comme ce tissu identique qui est vraiment une catastrophe (pour ma part)...

voilà. JV

Avatar de l’utilisateur
BrunoD
Messages : 1901
Inscription : Lun Jan 09, 2006 5:06 pm
Localisation : Sophia

Messagepar BrunoD » Mer Sep 24, 2014 2:58 pm

Il y a JMi qui en a une, il pourrait nous faire un retour non professionnel, ce serait intéressant.

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Mer Sep 24, 2014 4:16 pm

mon point de vue sur les Ozium, Lightness et autre impress3.
Ces sellettes sans planchette sont adaptées pour un certain type de pilote, et pour une utilisation bien particulière (marche et cross).
Pour la majorité des pilotes, ça n'est pas adapté.

plusieurs raisons.
1- le poids est un faux argument pour celui qui ne fait pas de marche et cross mais qui fait principalement du cross et pense s'éconimiser le dos. La raison est simple: en vol, il faut beaucoup de pression dans les épaules (et dans les pieds) pour que la structure (sans rigidification) ne s'affaisse pas. Il faut l'équivalent de plus de 10kg sur les épaules. Du coup, paradoxalement, on se nique davantage le dos et les épaules qu'avec une sellette plus lourde mais doté d'une vraie rigidité dans la tenue dorsale.
2- La durabilité. Elle évidememnt faible.
3- La mauvaise stabilité. Stabilité intrinsèque et surtout stabilité structurelle. Sans parler du roulis, quand ça bouge beaucoup, il est bon de pouvoir plier les jambes pour ne pas trop se faire ballader en lacet et risquer le twist ou le surpilotage. Avec ces sellettes, si on relâche les pieds, la structure s'affaisse et on glisse tout en bas du tobogan. pas cool.

Et aussi: à ceux qui ne prennent pas de plaisir en l'air, qui subissent trop la masse d'air. Questionnez votre sellette, elle est au moins aussi importante que votre voile. Essayez en d'autres.

Avatar de l’utilisateur
jv
Messages : 223
Inscription : Jeu Oct 10, 2013 1:53 pm
Contact :

Messagepar jv » Jeu Sep 25, 2014 11:20 pm

Salut Luc!

Bon je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur ta première raison (le poids et les épaules), mais carrément pas du tout...

Le report de poids de la tension du cocon ne se fais jamais (sauf si la structure est ratée et cela peut être le cas) sur les épaules mais sur les lombaires, cocon light ou non! Pour démonstration, lorsque l'on pousse sur l'accélo, c'est bien sur les lombaires que le poids se fait sentir (la tension est quasi parallèle à celle exercée aux jambes), et non sur les épaules, surtout que l'on a à ce moment les bras tendus vers le haut et devant pour tenir les C (quand on a des C comme arrière).
Si l'on devait tenir la pression du cocon et de l'accélo sur les épaules cela nous ferait "descendre" les épaules et nous faire ressembler à un haltérophile coincé à l'épaulé sous sa barre avant le "jetté". Si il n'y avait pas cet angle au niveau des lombraires, en accélérant, cela aurait tendance à déformer la sellette pour faire passer les poulies sous les fesses...

Je viens de me faire encore 2 vols aujourd'hui avec l'Ozium, et je t'assures que les sangles d'épaules sont lâches (même que cela me fait chier car ma poche radio sup'air tourne avec la sangle détendue, il faut que je mette une poche advance sur le maillon (maillon changé car l'ozone d'origine est trop grand et se met systématiquement de travers, 1 c'est moche 2-cela augmente légèrement la hauteur du point d'ancrage) et qu'elles ne me gênent pas pour faire mes virages!

Les sangles d'épaules sont là pour maintenir le haut du dos quand les sangles lombaires sont basses (structure type sup'air), ou quand le dos est raté (ça arrive aussi :) ), dans ce cas, le pilote doit tendre les sangles pour ce maintient inexistant du dossier sinon les épaules partiraient en arrière. Cela peut ensuite gêner le pilote quand il a les bras haut ou cela le bloque dans sa mobilité dans le virage (on remonte l'épaule extérieure en décalant celle ci en diagonale vers l'intérieur ce qui induit une augmentation de la distance nécessaire libre pour ne pas être bloqué par les sangles d'épaules.

C'est une différence notable entre sup'air et Kortel, Le premier fait un réglage "bas" sur les lombaires obligeant d'avoir un maintient supplémentaire du dos soit structurel, soit avec les sangles d'épaules. Kortel fait un maintient du dos "haut" qui reprend au niveau de la cyphose, ce qui peut être super agréable pour certains mais peut gêner certains pilotes sous les bras. Les marques font des produits différents qui sont adaptés à tous au final, qui sera parfait pour les uns et horrible pour d'autres, la hamac est parfait pour certain même sans faire de hike and fly.

Si j'ai une sensibilité aux épaules aujourd’hui c'est que je suis montés au déco à pied à St-andré avec la R11 et l'ozium, puis posé à dignes (sous la Bigue à cause d'entrée de nord-est totalement improbables en me précipitant :) ), puis remonté au déco de la vallée pour décoller de travers 90° à Courchon! Je n'aurais jamais pu le faire avec l'exoseat et j'aurais fait la même connerie de toutes les façons, un âne reste un âne! Ce type de sellette est particulièrement appréciable quand on fait la quiche en cross :)

Sur la stabilité c'est pareil... Certaines marque ont fait des sellettes "très stable" en hamac (Delight 1 par exemple) et structurellement très homogène (kolibri).

80% des pilotes qui passent au shop veulent tous une sellette qui tient chaud l'hiver (cocon) et qui pèse moins qu'une sellette classique qui prend de la place dans l'appartement, dans le coffre, sur le dos, pour faire du stop...
Bref, ils veulent un truc polyvalent qui tiens dans un coin quand ils font d'autres trucs.

Maintenant, les cocons sont plus agréables et plus légers que les sellettes réversibles et ne sont plus du tout limités à la pratique du marche et vol.

Et ils ne veulent pas non plus d'une sellette jetable trop légère, bref.. surtout un petit volume donc essentiellement un hamac ou cuissarde soudées.

C'est exactement comme les voiles light, si tu prends un minimum soin de ton matériel, on voit que les voiles "light" résistent aussi bien dans le temps que les normales.

Et c'est super de voir toutes les marques bosser pour arriver à faire un produit abouti, et cela évolue et heureusement mais il y a encore des progrès à faire.

L'ozium est pour moi pour une première version "pas mal du tout", un peu comme la lightness l'était à sa sortie, mais perfectible.

la lightness 1 était très robuste, avec un tissu aussi solide que le traditionnel "néoprène". le choix du lycra est pour moi un mauvais choix de la part de certains comme pour l'ozium, le module Kocon Kuick2, etc... trop vite abîmé visuellement même si structurellement c'est ok.

Philippe s'est commandé une Phantom de Karpofly (ce n'est pas moi qui lui vends la sellette car prix internet ultra bien placé).. parce qu'elle est : légère, une "vraie" protection au top selon les tests et ses critères personnel de choix, chaude pour l'hiver et pouvoir voler en slip l'été et surtout avec des matériaux "solides"... il ne m'a jamais parlé de compétition, de performance absolue etc.. c'est un pilote "normal" qui veux pouvoir se faire plaisir et monter au déco de gréo en faisant du moonwalk sans transpirer, un pilote de gréo en somme :).

Il veut aussi pouvoir marcher pour aller au meilleur endroit pour aller faire du stop sans devoir attendre, ou sans se soucier si cela sera un problème de devoir marcher (Ubraye, Mont-blanc etc..) en terminant un cross. Nous n'avons pas tous la chance de boucler ou d'avoir une navette qui attend pour venir nous prendre.

Donc pour revenir au test proprement dit le sujet:

J'ai beaucoup volé avec la kolibri ces dernières semaines et c'est vrai que je préfère la kolibri qui n'était pas sortie au moment de l'ozium. On peut s’asseoir dedans sans glisser, on peut la régler en vol avec précision sans forcer et en plus 2.1kg, même je préfère quand même le virage de l'ozium... kolibri un poil trop stable pour moi (perso..), mais sa tenue exceptionnelle en vol est super agréable et gomme ce virage "mou".

Je reviens sur un autre détail de l'ozium, la poche du secours est assez grande pour mettre un rogalo dedans ce qui fait pour moi la sellette idéale pour voler avec la R11... ce qui pour moi est largement plus important que le reste :) et surtout à ceux qui ne veulent pas faire comme obligatoirement toutes les sellettes light actuelles: devoir prendre un Ultra light.

allez hop... demain ça vole!!

Avatar de l’utilisateur
pasc
Messages : 1300
Inscription : Sam Mai 13, 2006 2:49 pm
Localisation : nice port
Contact :

Messagepar pasc » Ven Sep 26, 2014 8:26 am

Un cahier des charges minutieux et une prospection des specs sur internet c est bien... mais acheter une sellette sur internet sans l essayer c est juste une grosse erreur de débutant qu on a tous plus ou moins fait ;) Good luck Philippe

Avatar de l’utilisateur
Philippe P
Messages : 344
Inscription : Mer Nov 03, 2010 11:01 am
Localisation : Nice Libération

Messagepar Philippe P » Ven Sep 26, 2014 9:32 am

Je suis 99% d'accord avec Pascal. Faut être un peu con pour pas profiter de ce qui existe et est approuvé. Mais je suis un peu couillon et irrécupérablement curieux, et j'aime bien gratter à la recherche d'options alternatives et/ou minoritaires. :oops:
C'est sûr que parfois, on se plante. Mais parfois, on a de bonnes surprises, non? Et là, ça fait tellement plaisir!
Je vous en dirai bientôt plus (la sellette est enfin en livraison en ce moment même, la commande ayant été passée le... 1er Juillet (2014, oh!). Faut pas être pressé...).

L'attrait de cette sellette cocon sans planchette pas trop lourde, mais solide (KarpoFly Fantom light, dans les 4.5kg en L) et décrite comme très confortable est multiple:
1) Une protection théorique excellente depuis les cuisses jusqu'au haut du dos confirmée par les quelques accidentés qui ont raconté leur expérience;
2) Cette protection pneumatique étant relativement rigide une fois gonflée, elle joue un rôle de pseudo-planchette, et permet si ça secoue trop de piloter assis sans déformation de la ventrale (cf l'essai par Paul Williams, de Paraventure Paragliding, UK, ici).
3) Enfin, la protection étant gonflable, elle est aussi... dégonflable! La sellette prend alors très peu de place dans le sac par rapport aux mousses classiques, ce qui fera moins fuir les automobilistes qu'un sac genre biplace!

Comme cette sellette n'est pas fréquente dans la région, je la mettrai volontiers à la disposition de ceux qui souhaiteraient l'essayer pour se faire leur propre idée. Notez que bien qu'adepte de l'airbag gonflable, je reste cependant ouvert à une petite mousse! :wink:

Avatar de l’utilisateur
luc armant
Messages : 2134
Inscription : Ven Jan 13, 2006 10:25 pm
Localisation : Bar sur Loup

Messagepar luc armant » Ven Sep 26, 2014 9:05 pm

Disons le comme Pasc et Philippe alors:
C'est moins risqué d'essayer une sellette avant de l'acheter. Le poids et le prix ne sont pas des critères suffisants, loin de là, si l'objectif est de voler. Sur le marché, il y a davantage de produits inadaptés que l'inverse.

Une sellette est au moins aussi importante qu'une voile. En développant des sellettes, je me suis de plus aperçu il y a deux ans qu'une sellette adaptée à un pilote ne l'est pas forcément à un autre. corollaire: l'avis d'un pilote n'est pas suffisant.

La quantité de masse grasse, la position du centre de gravité du corps, la tonicité musculaire abdominale, la position préférée, la taille des jambes, la taille du buste sont autant de paramètres variables selon les pilotes et qui influences le ressenti, la stabilité, la maniabilité. Et aussi, la sellette peut avoir un niveau de stabilité suffisant dans des conditions hivernales mais clairement insuffisant en été.
Et aussi, une sellette peut avoir une tenue structurelle dorsale suffisante quand elle est neuve mais se détériorer rapidement avec les heures de vol (c'est presque mieux d'essayer une sellette déjà volé).

Pour tester la réalité d'un système amortisseur, sauter à genou joint dessus. Ainsi, les différences entre les systèmes sont criantes, surtout pour ceux qui ont le dos sensible. Et mieux vaut une sellette qui ne protège pas que le cul.

Je déconseille toute sellette dont la tenue structurelle se dégrade quand on replie les jambes.

Quand le matériel est bien adapté (sellette et voile) le vol thermique doit procurer du plaisir, beaucoup de plaisir. Si ce n'est pas le cas, posez vous aussi des questions sur votre sellette. Si vous me forcez moi à voler avec certaines sellettes, comme la impress3 ou la Ozium, j'arrête très rapidement le parapente. Elles ne me sont pas adapté. Je dis ça en toute honnêteté, la Ozium est un produit Ozone.

A+
Luc

Avatar de l’utilisateur
jv
Messages : 223
Inscription : Jeu Oct 10, 2013 1:53 pm
Contact :

Messagepar jv » Sam Sep 27, 2014 6:02 pm

:)

Là je suis d'accord :) ! Dans le sens plus positif il y a des produits pour tous mais il faut trouver le sien.

Sur les critères: il faut bien se rendre à l'évidence que tous n'ont pas les sous pour acheter les produits qui sont les plus chers et ça.. c'est bien un critère que les fabricants "de plaisir" passent allègrement à la trappe.

Le prix des sellettes c'est envolé comme le prix des voiles car le discours est "envol des prix des matières". C'est c'est bien le nerf de la guerre, les pilotes veulent une sellette la plus polyvalente possible pour n'en n'avoir qu'une seule, avoir 2 sacs coûtent 2 fois.. pour souvent une utilisation ponctuelle seulement de l'un des 2.

Bien sûr que tous les pilotes veulent voler en "super top" mais voilà... a 1350 euros le moindre cocon maintenant en prix public (ou pas loin de ça, c'est quasiment du luxe de voler... Et l'ozium, malgré toutes ces imperfections, arrive à se placer dans une catégorie "accessible" et même si elle n'est pas parfaite, elle peut suffire et même contenter.

Je suis totalement d'accord avec toi sur les différences entre pilote, et si certains aiment des sellettes, d'autres ne les supportent pas.

Sous l'Ice peack6 de niviuk je trouvais qu'elle n'allait pas du tout avec la Kanibal Race, avec la woody wallley super, et pas si mal avec la l'impress3.

En gros une sellette est très bien sous une voile et pas bien sous une autre, il faut trouver une véritable osmose entre la voile, la sellette est le pilote.

Avec mes 2 lm5 (une L et une S), je n'ai pas du tout le même comportement de placement en virage sous l'une que sous l'autre a cause de la charge alaire (avec la S je vole le plus léger possible et sous la L je vole "full bivouac"), et du coup, je n'ai pas du tout le même ressenti de la sellette car le centre de gravité n'est pas le même du tout non plus.

Encore aujourd'hui, avec mes passagers biplaces, je remarque que le placement de ceux-ci en virage est autant important que lorsque l'on fait de la moto et que le placement dans la sellette est hyper important voir totalement déterminant.

Selon la morphologie de chaque pilote, une sellette peut "tourner" ou pas, il y a beaucoup pus de différence entre les gens que juste leur taille "d'en haut". La longueur des jambes, du buste peut énormément varier (mon collègue Thomas a des jambes immense pour un petit torse).

Ce que j’apprécie du coup sur l'ozium c'est que l'on peut moduler toutes les tailles de jambe avec toutes les tailles de torse et ça, c'est pas pour toutes les marques.

Bon allez zou! demain compéte (C'est marie qui bosse à ma place :) :) )


Revenir vers « Sujets techniques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron